Adresse
/
Téléphone
MSpnKP8
 

Brevet de la St Gilles Gr B Dimanche 29 Août 2021

Brevet  de  la  St Gilles  Gr B  Dimanche 29 Août 2021
Sous un ciel très nuageux, nous sommes 6 pour accomplir ce brevet de la St Gilles.
Nous décidons de rejoindre directement Goderville par la grand’ route sans avoir à passer par le village d’Auberville la Renault.
En revanche nous passerons bien dans le village de St Gilles de la Neuville par respect pour l’intitulé du brevet.
Les difficultés cartographiques du parcours commencent à partir de St Romain de Colbosc. Il n’est pas aisé de trouver la route d’Epretot, et c’est après avoir parcouru quelques hectomètres supplémentaires que nous retrouvons notre chemin pour traverser le village et nous diriger vers Sainneville. Une absence de pancarte nous fera, un peu plus loin, hésiter dans un carrefour pour aller vers Manéglise. En faisant appel à nos souvenirs, nous ne tomberons pas dans le « panneau » !
Le vent qui avait jusque là été notre ami nous trahit et nous fait volte face sur le parcours retour usant mais ensoleillé qui passe par Epouville, Rolleville, Gonneville, Criquetot, Fongueusemare et Gerville.
Il ne nous reste plus que la petite côte du fond de Babeuf pour terminer les difficultés de ce brevet qui s’achèvera à l’école de St Léonard sur les aurevoirs du groupe.
 
 
 
 
 
 

Brevet du fromage, groupe C, dimanche 29 août 2021.

Brevet du fromage, groupe C, dimanche 29 août 2021.
Encore une belle journée de mauvais temps pour ce brevet, le ciel est gris, qui l’a peint de cette couleur, le bleu est bien plus joli, enfin les goûts et les couleurs !
La vallée de Ganzeville est bien fraiche ce matin et les séances de changement de tenue vont aller bon train, j’ai chaud et maintenant j’ai froid. Au sommet de la côte du bois de Bénarville, la chaleur est retrouvée. Cap sur Fauville où nous faisons une pause-café, offerte par notre ami Joël qui, enfin, peut arroser son anniversaire accompagné de chouquettes, tout est fait pour reprendre les calories perdues lors de la sortie. Nous repartons en direction de Lanquetot avec la chance de passer après l’averse car la route est détrempée. Nous n’allons pas en faire un fromage, nous n’entrons pas dans la localité mais changeons d’azimut à 90° à droite, le vent qui depuis Fauville nous était favorable nous caresse maintenant sur le côté sans pour cela nous rendre la progression difficile. Un salut amicale à notre ami feu Jean Jacques au passage et nous atteignons Rouville. Nous retrouvons notre aide éolienne pendant quelques encablures, pour faire un clin d’œil à nos marins aujourd’hui d’eaux douces, jusque notre arrivée à la sortie de Grainville Ymauville. Pour terminer le brevet il nous reste à rejoindre Annouville Vilmesnil puis Mentheville, Tourville les Ifs où nous saluons nos amis de la localité et redescendons « tout schuss » vers Ganzeville. Le « boujou » à l’arrêt de bus et tout le monde rentre.
Un beau brevet roulant sans trop de dénivelé, de la bonne humeur et presque pas d’eau.
Didier
 

Randonnée permanente groupe C, jeudi 26 août 2021.

Randonnée permanente groupe C, jeudi 26 août 2021.
Un temps bien gris ce matin pour cette randonnée, c’est sans doute la cause de l’absence de participants habituels ! Rien de bien humide pour l’instant mais la bruine s’épaissie à notre arrivée à l’entrée d’Ourville. Il nous manque quelques cyclos, sur la radio locale, il est annoncé que Jean Claude a percé de l’avant, pas de chance. Ayant fait des frais récents sur son vélo en changeant disques et plaquettes, un pneu neuf aurait été une bonne idée aussi. Aux coups de ralentissement nous entendons les nouveaux titres de ces disques neufs, c’est Richard Anthony qui chante « J’entends siffler les freins ! ». Nous avons l’idée de prendre un petit café à Grainville la Teinturière mais l’estaminet est fermé, Jean Louis ne supportant pas cette humidité à fait route retour au port. Je profite de notre passage pour aller rendre une petite visite à deux chiens que nous avons placé non loin du café, ils vont bien, rassurez-vous ! C’est donc avec grand regret que nous faisons route vers Doudeville via Routes. Éric, dans son jour de bonté nous fait une petite crevaison lente du pneu arrière, quoi de plus drôle que de réparer une crevaison sous un temps humide ! Notre passage dans Doudeville se fait à un peu plus de 11 h 00 et pour un café, c’est un peu tard. Nous arrivons pour nous restaurer « au 6 », contrôle des « pass » et mise à table. Chacun de nous se délecte de son choix, sauf Jacques qui a eu le droit à une effluve d’andouillettes autour de lui, je soupçonne qu’après le poisson, les abats ou boyaux ne sont pas sa tasse de thé. Nous avons droit à une explication d’incinération de la part du cap’tain Gégé, nous étions trois à avoir commandé du steak tartare, donc de la viande froide, bon appétit ! Les estomacs pleins nous reprenons la route, la famille « moustaches » nous quittent pour rentrer plus tôt, un rendez-vous ! Pour nous, c’est par Hautot le Vatois, Envronville, Cliponville puis changement de cap, Thiouville, Normanville, Sorquainville et nous continuons par Ypreville Biville, Limpiville, La Roussie, Contremoulins où nos amis(es) de Toussaint nous quittent. Le reste de la troupe redescend dans la vallée de Ganzeville et nous rentrons avec l’arrêt « boujou » devant la cabine de bus du supermarché.
Malgré la bruine de ce matin et le vent de l’après-midi, ce brevet a été très agréable et comme souvent avec une bonne dose de bonne humeur et de rigolade.
Didier
 

Brevet de Tancarville groupe B Dimanche 22 Août 2021

Brevet  de  Tancarville groupe B Dimanche 22 Août 2021
Ce brevet de Tancarville n’aura eu que le nom. Nous n’avons vu ni les deux villages ni le pont.
Il faut dire que ce brevet démarrait mal. En dehors des erreurs de lieu de rendez-vous devenues maintenant courantes, à Angerville Bailleul, Gilles A. cassait l’attache rapide de sa chaine. La réparation fut rapidement exécutée car la pièce de rechange était disponible dans sa sacoche. Le redémarrage fut plus délicat, car en sautant la chaine a complètement faussé le dérailleur avant. Après quelques arrêts supplémentaires pour tenter de redresser cette patte, rien n’y fit et c’est avec regrets qu’il dû se rendre à l’évidence et faire demi-tour pour rejoindre son domicile.
Nous continuons à quatre, Pierrot, Alain L. Marco et moi, vers Bolbec en essuyant quelques épisodes pluvieux et un peu de vent de face.
A la sortie de l’ancienne capitale du tissage, dans la montée qui nous conduit vers St Antoine la Forêt, j’entends Marco crier quelques gros mots. Serait-il victime du syndrome « Gilles de la Tourette » ??
Heureusement, Dieu soit loué, il peste contre lui-même car il n’a plus de jambe et souhaite rentrer au plus vite en raccourcissant le circuit. Me voilà rassuré et je rejoins rapidement mes 2 autres camarades qui avaient pris un peu d’avance. L’heure avance et pour ne pas être en retard dans nos foyers, nous décidons de faire de même en empruntant la route qui vient de Lillebonne pour atteindre St Romain. Que cette voie est longue et épuisante avec vent de face !
Nous arrivons, braves mousquetaires, à Mentheville pour un seul et unique cliché où les personnages n’auront pas à se serrer pour être dans le cadre.
 
Gérard
 
 
 

Brevet de misère, groupe C, dimanche 22 août 2021.

Brevet de misère, groupe C, dimanche 22 août 2021.
Pas moins d’une douzaine de cyclos pour ce brevet, on ne peut pas dire que c’est la misère ! Le programme des réjouissances est avec du dénivelé, à commencer pour sortir de Fécamp. Après Saint Léonard c’est pour atteindre le village de Gerville que nous allons devoir appuyer sur les pédales, mais un nuage chargé passe et enfilage des vêtements de pluie. Un peu de calme pour les muscles maintenant car à part deux ou trois petits faux plats, nous n’avons rien de difficile jusque la descente du bois de Beuriot. A nouveau c’est « tout schuss », un petit coucou à MLN, puis cap vers la vallée de misère. Douze kilomètres de dénivelé montant à peu de pourcentage avec, quand l’environnement le permet, quelques arrêts vidange de vessie. Le vent est favorable et nous progressons sans souffrir, Sausseuzemare puis Auberville la Renault avec la traversée du village en montée que peu d’entre nous apprécient. Un petit tour par les routes de campagne et nous nous retrouvons à Mentheville, pourrons nous prendre un petit café au troquet d’Annouville Vilmesnil ? Dès la sortie de Mentheville, Evelyne qui ne manque pas d’air se retrouve à plat de l’arrière, je précise que c’est son vélo, notre chef moustache se met à l’œuvre et nous dit d’aller prendre le jus mais avec notre chance du jour, l’estaminet est fermé et nous attendons nos collègues pour repartir. Marie Pascale, que nous n’avons presque pas entendue ce matin, nous quitte avec « son Jeannot », pas de roulage depuis un mois, elle est raisonnable. Cap sur Bec de Mortagne puis La Roussie, une belle montée de deux kilomètres, un regroupement au sommet, Evelyne rentre par le plateau pour éviter le trou de l’Orval, la santé prime sur les performances. Il ne nous reste plus qu’à redescendre sur Valmont et prendre la véloroute pour rentrer à Fécamp. Je quitte mes amis(es) au passage devant l’écurie.
Un brevet qui n’était pas de tout repos mais plaisant car la vallée de misère est toujours une route agréable.
Didier
 

Sortie du jeudi 19 août 2021, groupe C.

Sortie du jeudi 19 août 2021, groupe C.
Le temps est un peu menaçant en ce début d’après-midi mais pas suffisamment pour faire peur aux cyclos que nous sommes (ou presque pas !). Nous sommes 14 au départ, au passage en la capitale du chucre, Ghislaine nous quitte pour d’autres occupations, c’était prévu au départ. Direction sur le plateau via Miquetot, chacun monte à son rythme et un petit arrêt au sommet afin de regrouper tout le monde et surtout de s’assurer que personne n’est passé dans la tondeuse de la DDE qui coupe les talus dans la montée. Au passage en la commune de Thérouldeville, pas de café chez Eliane aujourd’hui donc nous continuons vers Theuville puis Anneville. La traversée de la route de Cany s’avère difficile avec la circulation, nous y parvenons tout de même mais des automobilistes un peu pressé nous dépassent en prenant des risques, surtout pour nous. Un petit bonjour à Sissi au passage à Sassetot et cap vers les Grandes Dalles, descente « tout schuss », une petite pensée pour notre amie qui est partie en vacances. Remontée vers St Pierre en Port, un regard chez Dominique au passage mais pas d’âme qui vive, nous voulions le saluer, redescente à tombeau ouvert et longue montée jusqu’à Eletot. Un changement d’azimut pour atteindre Bondeville et encore du dénivelé négatif et c’est fini pour moi, je rentre le cheval à l’écurie au passage devant le ranch.
Sortie assez courte mais un dénivelé suffisant pour entretenir les muscles et un peu d’humour pour entretenir aussi les zygomatiques.
Didier
P.S. : Peut-être vous demanderez vous ce que fait ce piano en photo d'illustration, c'est aussi ce que je me suis demandé lorsque nous l'avons rencontré au beau milieu de la pelouse située près du château de Sissi à la hauteur du Relai des Dalles de Sassetot le Mauconduit
J.J.
 

Les Boucles de Fécamp (gr B) Dimanche 15 Août

Les Boucles de Fécamp   (gr B) Dimanche 15 Août
Ce matin l’armée VCFC n’était pas en perdition puisqu’il n’y avait qu’un seul lieu de rendez-vous. Le cyclo Goddard est bien présent à 7h45 tout comme la semaine passée. Une erreur s’étant malencontreusement glissée dans le texte au sujet de mon horaire d’arrivée. Merci à tous ceux qui lisent les récits et qui l’avaient remarquée.
 
Tous les groupes partent à 8h, ce qui permet à tous de se saluer respectivement ; enfin ceux qui le veulent !
 
Pour le groupe B, 7 cyclos le composent, et nous partons par la voie verte direction Colleville. A partir de là ce ne sera qu’une succession de montées et de descentes. Nous commençons par monter vers Contremoulins puis après un calme relatif dans la vallée de Ganzeville , nous monterons après Daubeuf vers Annouville. Descente vers le Bec puis remontée vers La Roussie.
Le soleil brille, mais le fond de l’air est très frais quand nous passons dans les sous-bois. La côte de l’Orval est là pour nous réchauffer, puis descente vers Valmont. Retour vers Fécamp, Ganzeville et la côte de la scierie qui sera la dernière.
 
Marco nous quitte à Epreville et le retour pour nous se fera par Gerville, Froberville et St Léonard où les effluves du barbecue du vide grenier nous mettent déjà en appétit.
 
Gérard
 
 

Brevet de Paluel, groupe C, dimanche 15 août 2021.

Brevet de Paluel, groupe C, dimanche 15 août 2021.
La sortie des couettes est difficile ce matin, quand nous démarrons ce brevet, il nous manque quelques bons élèves de la classe. Dès l’entrée dans Colleville, les retardataires étaient entrés dans le rang, l’école peut commencer. Un peu plus loin, derrière les étangs de pêche, ce sont Eliane et Jean Louis qui se joignent à nous, c’était prévu ! La véloroute du lin jusque Cany, un peu frais encore ce matin mais le soleil arrive et avec lui un soupçon de chaleur. Très plaisante, le matin, la route du lac de Caniel pour atteindre Vittefleur et Paluel, ensuite une ascension et nous retrouvons Malleville les Grès où nous faisons une petite halte pour que chacun de nous récupère. Maintenant c’est une zone inconnue, des petites routes en zig et zags pour finalement retrouver Canouville, une découverte de plus où il vaut mieux avoir un GPS pour ne pas s’y perdre. A notre arrivée dans Ouainville nous avons le bonheur de voir arriver face à nous notre ami Michel Grémont, je l’invite au passage à nous suivre, ce qu’il fit ! Theuville aux Maillots et Thérouldeville, nous sommes aimablement invités à un arrêt rafraichissement chez Eliane, merci à notre amie pour son hospitalité ainsi qu’à Jean Louis ! Après cette agréable pause, nous laissons malheureusement notre amie Eliane à la vaisselle et faisons route sur Angerville la Martel puis Alventot et Bondeville. Il ne nous reste plus qu’à retrouver la chapelle des marins pour finir ce brevet, une photo cette fois prise par un touriste serviable immortalise notre séparation au-dessus du port avec une superbe vue sur la mer et la plage.
Encore avec le soleil, mais que se passe-t-il ? Un brevet avec un certain dénivelé mais qui n’est pas apparu puisque les rebelles n’ont pas appelé à la grève, la bonne ambiance fait tout !
Didier
 

Brevet Lupin, groupe C, jeudi 12 /08/2021.

Brevet Lupin, groupe C, jeudi 12 /08/2021.
Enfin, oui enfin le soleil revient et la chaleur aussi, certains(es) d’entre nous qui ont superposées plusieurs couches de vêtements sont dans la réflexion : suis trop couvert pour monter à Saint Léonard ? Finalement, au sommet de ce col bien connu, chacun de nous a trouvé sa tenue vestimentaire idéale. Le Bihorel, enfin pour une partie d’entre nous car avec ce beau temps revenu, quelques-uns d’entre nous ont des ailes et oublient de tourner à droite pour atteindre Les Loges, heureusement que tout le monde connait la région, nous retrouvons nos fuyards près de la gare des Loges. Le groupe ressoudé, c’est vers Etretat via Bénouville que nous progressons, en arrivant près de la gare du village d’Arsène Lupin, la circulation est impossible, le croisement des véhicules qui descendent vers Etretat et de ceux qui montent vers Bénouville est à l’arrêt, la route n’est pas assez large, nous arrivons tant bien que mal à nous frayer un passage parmi cette invasion de voitures, camping-car, et même le train, enfin celui pour les visiteurs qui est bondé, tout le monde est à l’arrêt sans solution de mouvement. Après avoir regroupé tout notre petit monde, nous repartons vers Villainville, qui ne nous verra pas car pour le bien de nos santés respectives, le choix de remonter via la route du bois est l’option choisie. Cette voie si agréable est beaucoup plus calme en cette journée de folie routière vers Etretat. Bien que la côte vers Villainville ait été évitée, maintenant c’est vers Fongueusemare qu’il nous faut grimper puis, ensuite vers Gerville. Quand tout le monde a repris son souffle et refroidi le gosier près de l’église de Gerville, nous repartons pour finir ce brevet, Epreville, les Ifs puis Tourville les Ifs où nous marquons un petit arrêt, le boujou à Marco qui rentre et l’attente de Jean Louis qui, nous dit-on, a une suspicion de crevaison. Il n’en est rien donc maintenant c’est la descente « tout schuss », malgré l’absence de notre apothicaire vers Ganzeville. En guise de vitesse, le vent nous ralenti et c’est à peine 45 km/h qui sont atteint. Fin du brevet avec le « boujou » à l’arrêt de bus et bouquet final au rond-point des pompiers.
Une sortie agréable avec le soleil qui a dardé ses rayons chauds sur nos vieux os, enfin !!!
Didier
 
 

Brevet de la Ste Melon Gr B Dimanche 08 Août 2021

Brevet  de  la  Ste Melon   Gr B Dimanche 08 Août 2021
Ce matin le départ des brevets avait un goût de remake de la débâcle de l’armée française en 1940. Entre ceux qui devaient être là et qui se trouvaient ailleurs, et  ceux qui étaient là mais qui devaient se trouver là bas, il y a eu une grande confusion sur les lieux et horaire des départs.
 Garde à vous.
 Le soldat Goddard se présente à 8h45 sur le parking de carrefour market pour un départ à 8h. Il n’y a encore aucun présent sur le lieu du rassemblement, mais il est encore un peu tôt ! Il est rejoint par le soldat Langanné quelques minutes plus tard. C’est à cet instant que nous apercevons le 1ère classe Josselin partir seul au combat direction Ganzeville. La caporale, chargée de la culture, arrive sur les lieux, mais ne comprend pas la situation. Elle vient de l’office de tourisme et n’ayant vu personne elle a cru s’être trompée et a débarquée sur le parking du supermarché. Aussitôt je lui confirme son erreur et la renvoi à l’office du tourisme. Le radio Jeannot m’informe par téléphone que le 2ème classe Tonio aura un peu de retard, le temps de parcourir la distance ; office du tourisme, rond point des Pompiers.
 Après toutes ces hésitations nous partons quatre tirailleurs à l’assaut, avec un peu de retard, de la citadelle d’Héricourt. Nous avançons bien groupés, unis et tous à la même vitesse. Dans le village des Héricourtais (se) la petite troupe étant un peu fatiguée, nous changeons d’azimut et prenons pour objectif le village de Thiouville, puis Normanville et Benetot. Le fort vent ennemi nous fait face et nous luttons de toutes nos forces pour le combattre. C’est en plein effort que nous croisons sur la route de Tocqueville la compagnie C avec l’ennemi à ses trousses. Au passage, le lieutenant chargé de la com. nous adresse un message oral que nous ne comprenons pas, tellement nos oreilles sifflent, il s’agit sans doute de mots d’encouragement pour nous aider à vaincre. Un peu plus loin, le général commandant la grande armée VCFC est à la tête de sa troupe. Il peut sans peine constater l’état de décrépitude de la compagnie B.
 Après un âpre combat et une crevaison nous rentrerons sains et saufs au campement retrouver le calme.
 Repos.
Rompez les rangs.
 Gérard
 Ps : J’ai volontairement profité du contexte pour romancer mon récit. Il n’y a aucune volonté de blesser qui que ce soit ou de porter un jugement.
 
Soldat Goddard vous aurez 8 jours d’arrêt pour avoir parlé.
Signé : La grande muette.
 
 

Brevet cœur de Caux, groupe C, dimanche 08 août 2021.

Brevet cœur de Caux, groupe C, dimanche 08 août 2021.
Pour changer, un temps maussade en ce dimanche matin, après cette canicule des jours passés ou pas ! Pas moins de treize participants, espérons que le chiffre ne portera pas malheur et c’est avec grand plaisir que nous retrouvons parmi nous notre amie Sylvie qui ce matin est assise sur le porte bagage du vélo de Yannick, mais après avoir essuyé mes lunettes, c’est la nouvelle monture de la famille, un tandem flambant neuf encore en rodage. Toujours pour sortir de la ville, une ascension vers l’hôpital que chacun monte selon ses moyens et surtout que les feux tricolores ont déjà semé le trouble dans le groupe en espaçant les participants. Non seulement nous retrouvons Eole au sommet mais il prend sa douche et nous sommes éclaboussés. Tout le monde est bâché, plus rien à craindre, nous progressons et une petite halte, notre bavarde nous attend et nous saluons Marie Pascale et Marylou au passage. Le vent dans le nez nous atteignons Goderville et enfin en changeant de cap, nous allons avoir de l’assistance éolienne, tout devient plus facile et agréable. Nous sommes même arrivés à Versailles, nous sommes peut-être allés trop loin, heureusement c’est un hameau de Goderville. Nous traversons maintenant la campagne cauchoise par ces petites routes que nous apprécions beaucoup. Les premiers arrivés à Gonfreville Caillot, il nous manque une partie du groupe, en attendant, Valérie me demande de lui en mettre un petit coup, ça devient une habitude, il est vrai que son pneu arrière est un peu faible en pression et ma pompe fait le reste, rien de cochon là-dedans, arrêtez de sourire !!! Nous voyons nos amis arriver et c’était une crevaison de nos amis les tandémistes, Sylvie va se mettre au régime, trop de poids sur la roue arrière (encore une copine, mais ce n’est pas moi qui l’ai dit le premier !). C’est reparti pour une virée à travers la campagne, d’un commun accord, c’est à Normanville que nous ferons notre petite pause si c’est possible. L’estaminet est ouvert, c’est l’anniversaire de notre chef de la com, il a du haut de ses 37 ans, la bonté de nous offrir la tournée, nous commençons à retrouver nos rituels et c’est bien agréable. Nous finissons cette sortie via la véloroute du lin et mes amis(es) me déposent devant la maison avant de rejoindre Fécamp.
Belle matinée, sauf la météo, un bon groupe et des sourires.
Didier
P.S.: J'aurai tant aimé fêter aujourd'hui mes 37 ans...... Vous l'aurez rectifié de vous même je suppose, notre farceur de Président vous a donné mon âge dans le désordre, malheureusement.
 
 

Sortie de 130 km samedi 7 août. Gilles Malandain

Sortie de 130 km samedi 7 août. Gilles Malandain
 
J’étais chargé d’organiser un brevet d’environ 130 km au cœur de l’été. Ce que je n’avais pas envisagé, c’est que nous serions au cœur de l’automne ! A 6h30 du matin,
notre ami Gilles m’envoie un texto avec la carte météo des pluies prévues pour la journée en m’annonçant qu’il reste au chaud.
Au rendez-vous à l’office du tourisme à huit heures, je retrouve Rémy, Jean-Claude, Bruno et Jean-Louis. Jean-Louis est en tenue de vélo pour nous encourager mais il retourne lui aussi à l’abri.
J’ai prévu d’emprunter la Vélomaritime qui est sur le tracé de l’Eurovélo 4.
L’EuroVelo 4 (EV 4), également dénommée « Véloroute de l'Europe centrale » ou « La Vélomaritime » dans sa partie française, est une véloroute faisant partie d’un programme d’aménagement de voies cyclables à l’échelle européenne. Longue de 5 100 km, elle relie Roscoff à Kiev.
La partie française de l'EV 4, dénommée La Vélomaritime, est longue de 1 518 km et relie Roscoff en Bretagne à Bray-Dunes dans le Nord.
En ce qui nous concerne, nous la prendrons vers le nord jusqu’à Ecombarville puis direction Valmont, Goderville, Rolleville, Le Fontenay et la plage du Havre en utilisant des petites routes. Le retour est prévu par la Vélomaritime dans son intégralité.
La pluie nous accompagne sur la partie nord de la Vélomaritime puis nous avons un peu de répit pour rejoindre Valmont, Goderville et Criquetot.
J’étrenne pour ce circuit un GPS mais je ne suis pas encore au point et nous naviguons parfois « à vue ». Heureusement les partenaires sont compréhensifs et nous parvenons sans encombre à Rolleville où la pluie redouble d’intensité. Sur la route du Fontenay, notre ami Rémy tourne à gauche à un carrefour et nous voilà séparés. Heureusement, lui et nous faisons demi-tour et nous nous retrouvons. Étant bien mouillés, ballottés par le vent de face et voyant une grosse masse nuageuse noir arriver nous décidons de réduire le parcours. Direction Saint-Jouin de Bruneval pour se restaurer et se mettre à l’abri au café. La nouvelle propriétaire refuse de nous accepter avec le sandwich. Nous mangeons donc sur la place sous une allée couverte.
Retour l’après-midi par la Vélomaritime avec un peu de soleil pour nous réchauffer et le vent qui désormais nous facilite grandement la tâche.
Malgré la météo très défavorable, nous aurons malgré tout passé une agréable journée en parcourant 115km et 1250 mètres de dénivelé.
Gilles
 

Sortie du Jeudi 05 Août 2021, groupe C.

Sortie du Jeudi 05 Août 2021, groupe C.
Sommes-nous réellement au mois d’Août ? Depuis quelques semaines nous subissons une météo digne du mois d’octobre voire novembre. Du vent, de la pluie, les collègues de la sortie de ce matin ont eu la chance d’avoir un temps clément, va-t-il en être de même pour nous cet après-midi ?
Nous sommes 8 à prendre le départ du supermarché de la route de Ganzeville pour donner suite au problème que rencontre le pont Gayant, pour rappel, voir le site du club pour les changements de lieux de départ en fonction des orientations des brevets. Eole est de la sortie, il nous fait face et ne va pas nous quitter avant longtemps. A quelques encablures du clocher de Bec de Mortagne, nous changeons de cap et nous nous lançons dans l’ascension du col de La Croix Lalouette où nous ferons une petite halte pour resserrer les liens d’amitié qui nous animent, Valérie qui n’avait pas encore gravit ce dénivelé s’en sort bien. Toujours avec notre copain qui gonfle ses joues pour nous faire souffrir nous atteignons Angerville Bailleul puis Benarville, à chaque bosse, quelqu’un tente une échappée et dans la montée vers Bénarville, c’est Evelyne qui essaie de prendre les points du maillot à pois mais la batterie se décharge et tout le monde passe. En prenant la direction de Saint Maclou, peut-être aurons nous la chance de ne plus combattre ce vent mais il tourne en rond comme nous et parfois en sens opposé donc nous nous retrouvons l’un en face de l’autre. Le petit coup de cul avant l’entrée du village, encore des points à prendre mais Françoise qui ne s’est pas rasée arrive en tête avec ses « moustaches ». Jusqu’alors, le ciel a gardé son régime humide mais les nuages menacent, une petite bruine fais son apparition, de courte durée, la blancheur des collines est plus précise que la météo nationale ou locale. Nous traversons Goderville pour faire route sur Sausseuzemare et les Loges mais plutôt que de remonter une longue côte avec le risque de prendre une douche, nous choisissons Le Mont Rôti, une découverte aussi pour notre jeune recrue qui a avoué que s’aurait été dommage de rater cette sortie. Devant la pancarte, nous faisons une halte pour immortaliser ce passage, un baptême de plus ! Toujours avec cette menace d’averse, nous décidons de prendre Gerville et de rentrer, c’est dans Fécamp que la fuite se produit et déverse sur nous ses pleurs.
Encore une aventure de vécue, un peu de vent, de soleil (très peu), de la pluie pour arroser les participants mais de la joie et de la bonne humeur pour une sortie réussie.
Didier

 

Brevet Bosselé (Gr B) Dimanche 01 Août

Brevet  Bosselé    (Gr B)  Dimanche 01 Août
Nous sommes 7 à nous lancer sur les montagnes Russes du brevet du jour qui ne comporte pas moins de 8 côtes. Vincent G. roule avec nous tandis que Jean Louis B. qui avait aussi l’intention de le faire doit renoncer pour incident mécanique.
Direction le contournement du camping de Renéville où Gilbert a bien failli être blessé par un morceau de branche lancé par un individu qui voulait sur la voie publique jouer avec son chien. Heureusement le morceau de bois a fini sa course au pied du vélo.
De là nous rejoignons Grainval et Criquebeuf, puis Yport, Vaucottes, Vattetot, La haute folie et Gerville. Juste avant ce dernier village nous croisons Michel V. qui sans doute se dirige vers Les Loges. Nous ne manquons pas de le saluer de vive voix car, comme nous, il est aussi très attaché par ces marques de sympathie.
Après la descente de Tourville, nous escaladons la côte de Contremoulins, puis après Colleville et Valmont celle de Thérouldeville. Un petit gymkhana avec nos vélos est nécessaire lorsque nous arrivons sur l’axe routier Fécamp-Cany. Des travaux sont entrepris pour sécuriser le carrefour et nous devons escalader ou contourner les blocs rouges et blancs qui délimitent la zône.
Après Sassetot, St Pierre et Eletot nous arrivons à Ste Hélène Bondeville où le groupe perd des éléments. Gilbert se dirige vers Colleville, Tonio et Vincent rejoignent Fécamp par la voie directe. Nous ne sommes plus que quatre pour traverser Senneville. A la hauteur des éoliennes nous avons l’heureuse surprise de rejoindre Pierrot qui terminait son petit tour. Ce matin c’était Grass’mat pour notre Ami qui n’a pas entendu le réveil sonné, enfin ça; c’est la version officielle !
Une dernière photo sur la baie avant de nous quitter, sans Serge qui a déjà filé.
 
 
Gérard
 
 

Brevet d’Hautot, groupe C, dimanche 01 août 2021.

Brevet d’Hautot, groupe C, dimanche 01 août 2021.
Brevet d’Hautot, groupe C, dimanche 01 août 2021.
Bon, aujourd’hui je vous ferais bien le même résumé que jeudi car vous étiez nombreux à participer donc pourquoi narrer ce qui s’est passé, vous y étiez ! Il est vrai que la lecture est faite pour celles et ceux qui ne roulent pas ou plus et que les archives se remplissent de nos activités. Il ne fait pas très chaud ce matin mais c'est une bonne température pour rouler, nous commençons par rejoindre Ganzeville et une des principales difficulté de la journée la côte vers Contremoulins. Chacun monte à sa vitesse et au sommet nous retrouvons Odile, Éliane et Jean Louis qui se joignent à nous. Nous sommes sur le plateau, peu de vent ou alors favorable. La Roussie puis le haut de Daubeuf et Limpiville. Pour l'instant aucune difficulté, nous rejoignons à allure de sénateur le village d’Ypreville-Biville et toujours par un temps agréable Sorquainville. Cap maintenant sur Normanville et l'interrogation le savoir si la pause-café serait prise au sein du village mais nous n'avons pas encore atteint la moitié de la longueur du brevet donc il est envisagé de faire cette pause à notre estaminet habituel au passage à Fauville. Mais avant d'y arriver nous allons d'abord vers Thiouville puis Cliponville et Envronville avant d'atteindre le village de Hautot-le-Vatois d'où le nom de ce brevet. Cap maintenant sur Fauville mais c'est Éole qui nous fait face et bien sûr il faut appuyer un peu plus fort sur les pédales, un regroupement avant de rentrer dans Fauville et à notre arrivée à la terrasse de l'estaminet Odile, qui a coupé un peu par manque de roulage, est déjà installée avec une chope de bière sous le nez. Habituellement, quand nous passons ici, c'est l'anniversaire, ou toute autre fête, de Valérie mais cette fois nous en serons pour régler chacun notre note, les habitudes se perdent ! Il nous faut maintenant repartir car avec ce vent de face nous ne sommes pas encore rentrés, nous faisons route vers Tocqueville les murs puis Bénarville et la vallée de la Ganzeville pour boucler cette sortie. Le boujou au carrefour des routes de Contremoulins et de Tourville-les-ifs pour Marco, Jeannot, Odile, Éliane et Jean Louis puis le boujou des fécampois à l’habituel arrêt de bus près du supermarché.
Une belle sortie, ne vous fiez pas au dénivelé annoncé par openrunner qui nous gratifiait de plus de 500 M et finalement je suis rentré avec 410 M. Ce serait bien comme avec la Mé Théo, les choses annoncées ne correspondent pas, l'an prochain nous n’indiquerons plus les dénivelés sur le calendrier afin de ne pas faire peur aux non montagnards.
Didier