Adresse
/
Téléphone
cXcA8BK
 

Brevet du jeudi 29 juillet 2021 (Gr A et B)

Brevet du jeudi 29 juillet 2021  (Gr A et B)
Pas grand-chose à dire sur ce brevet « des odeurs » qui nous emmène vers Valmont par la voie verte, puis Sorquainville et sa côte, Normanville, St Pierre Lavis et les odeurs fortes de la porcherie locale que nous croisons en allant vers Bermonville. Puis après avoir traversé la D 926, en direction de Cléville, c’est le « parfum » caractéristique d’une entreprise de stockage de déchets agricoles qui emplit nos narines.
Après Foucart et jusqu’à Fécamp, en passant par Yébleron et Annouville, c’est un fort vent de Sud Ouest qui s’opposera à notre progression.
 Nous marquerons notre dernier arrêt au rond point de Tourville pour la photo finale et la dislocation du groupe.
 
Gérard
 
 

Brevet du jeudi 29 juillet 2021, groupe C.

Brevet du jeudi 29 juillet 2021, groupe C.
Malgré un temps clément, nous ne sommes que 6 à prendre le départ de ce brevet, pas d’eau de prévue, ni de tempête enfin rien qui empêche un cyclo de rouler. Le peloton, enfin si on peut appeler un groupe de 6 personnes un peloton, se met en route. Puis,..................................................
............................................................................................................................................................................................................................................................
.............................................................................................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................................................................................
et enfin nous rentrons par Colleville et je quitte mes amis de randonnée au passage devant chez moi.
Un beau parcours avec certes un peu de dénivelé mais rien d’infranchissable.
Didier

PS : Pour celles et ceux qui veulent savoir ce qui s’est passé pendant le brevet, vous n’aviez qu’à venir !
 

Brevet du Pont Rouge groupe B dimanche 25 Juillet 2021

Brevet  du  Pont  Rouge  groupe B dimanche 25 Juillet 2021
Nous étions 5 et par un prompt renfort " Belge "nous nous vîmes 6 en partant du port.Le petit groupe est constitué ce matin de membres du groupe A et B. Il y a là, Yannick, Logan, Jean Claude, Rémy et moi. Sur la voie verte qui nous emmène vers Valmont, notre invité estival du jour a « la socquette légère », On sent qu’il veut avaler du kilomètre à vive allure ! Après le supermarché de Valmont, nous bifurquons vers la côte de Thérouldeville. Notre ami du plat pays préfère continuer seul sur la voie verte. Où est il allé, qu’est t’il devenu ? That is the question ?
 La côte avalée, direction Veulettes par Theuville, Canouville et Malleville les grès. Pour rejoindre Cany nous empruntons à partir de Veulettes la nouvelle voie cyclable que je découvre. Un petit arrêt involontaire à Paluel pour retirer un beau petit silex planté dans le pneu de Jean Claude  et éprouver en la circonstance la pompe nouveau modèle de Logan.
 Nous subissons par-ci par-là quelques épisodes pluvieux et arrivons au pied de la porte rouge. Il est difficile de la monter groupé, les niveaux étant différents c’est un chapelet de cinq cyclos qui s’égrène jusqu’à Ourville. La pluie reprenant de plus belle jusqu’à Fauville, le train est plus rapide.
 A la sortie de la ville, Jean Claude nous quitte pour rejoindre le groupe C, nous continuons vers Rouville, Bernières, St Maclou et Tourville.
 Encore une sortie perturbée par la pluie, mais qui restera empreinte par la belle amitié qui nous unit.
 
Gérard
P.S. : Aux dernières nouvelles, c'est l'arrivée de la pluie qui a fait changé changer d'avis notre ami frontalier. Celui-ci a donc fait demi-tour et parcouru quelques km dans les environs de Fécamp , la "sécheresse" retrouvée.
J.J.
 
 

Brevet des Châteaux Groupe C Dimanche 25 Juillet 2021

Brevet des Châteaux Groupe C Dimanche 25 Juillet 2021
Avec le temps incertain de ce matin, le téléphone a sonné dans les chaumières, un nombre de membres manque à l’appel au moment du départ. Si tout le monde fait de même, il n’y aura plus personne lors des brevets ! Nous sommes tout de même onze à prendre la direction de St Léonard, la fraicheur matinale nous laisse un certain bien être pendant l’ascension vers le plateau. Le Bihorel, quelques gouttes très fines apparaissent, heureusement ce n’est que de courte durée et pas besoin de bâcher. J’ai eu le malheur de louper la bifurcation nous faisons donc un petit supplément en passant par Les Loges et retrouvons notre circuit initial un peu plus loin. Une belle descente pour nous retrouver au pied du Mont Rôti, comme très souvent, qui dit descente c’est pour avoir une montée en face et ce sont des montagnes russes jusque Sausseuzemare. Goderville, au passage devant la terrasse du café, il aurait été judicieux de marquer un arrêt car lors de l’arrivée devant l’estaminet de Bréauté, le rideau était baissé. Il ne nous reste plus qu’à marquer une pause à Vattetot après avoir avalé le dénivelé pour y arriver. De gros nuages noirs menacent, nous reprenons le cours de notre sortie avant que les dieux nous tombent sur la tête, enfin plutôt l’incompétence du plombier du ciel car il ne sait pas réparer correctement une fuite. Nous prenons la précaution de revêtir les bâches pour parer au pire. Comme nous avons effectué cette opération au pied d’un calvaire, les dieux sont cléments et la pluie s’arrête après quelques minutes. Nous arrivons à Bernières puis St Maclou et Angerville Bailleul. La pluie n’étant plus d’actualité depuis un bon moment, je retire le vêtement de pluie car j’entends siffler et je pense que c’est moi qui commence à faire cocotte-minute. Pour atteindre Bénarville, Nicole essaie de disputer le sprint au sommet pour décrocher la prime qui s’y rapporte mais c’était sans compter sur une bande de vieux loups qui n’ont pas vu d’un bon œil cette manœuvre et dépassent juste avant le sommet notre Reine d’Hattenville. Pour inverser les habitudes, c’est la descente du bois et nous remontons vers le château de Limpiville, là pas de prime au sommet donc c’est calme, Éric qui avait prévu c’était arrêté avant de grimper pour effectuer une vidange, ce que je m’empresse de faire en passant au sommet, je ne trimbale pas plus longtemps le surplus. La Roussie et la belle route en dénivelé négatif pour entrer dans Bec de Mortagne en passant devant la cascade un peu bruyante avec les dernières pluies de cette semaine. Il ne nous reste plus qu’à rejoindre Fécamp par la vallée et c’est le « boujou » de fin de brevet.
Encore une belle sortie, un temps menaçant mais pas de quoi ne pas mettre un cyclo dehors.
Didier
 
 

Sortie « Patrimoine » groupe C, jeudi 22 juillet 2021.

Sortie « Patrimoine » groupe C, jeudi 22 juillet 2021.
Nous sommes 16 membres à prendre le départ de cette sortie à la journée, 15 cyclos et cyclotes et notre cheffe du jour qui préfère, pour préserver sa santé (cause chaleur) , nous ouvrir la route de manière motorisée. Nous retrouverons en route nos amis de la famille Hauberdon qui pour les mêmes raisons ont décidé de raccourcir la sortie.
Nous arrivons sur Ganzeville et nous faisons déjà un arrêt pour visiter la maison des templiers, nous sommes accueillis par Mme Loisel, habitante des lieux. Maintenant, les choses sérieuses commencent, nous montons vers Tourville les Ifs et surveillons, qu’au passage devant sa demeure, si Marie Pascale ne nous fausse pas compagnie mais nous entendons toujours sa voix dans le peloton, donc nous ne l’avons pas perdue. Moi ma spécialité est de narrer des histoires pour rire, Nicole se réserve sur l’histoire de France mais Marie Pascale c’est histoires et ragots du village et alentours donc inépuisable (encore une copine !). Nous n’arrêtons pas d’arrêter pour admirer châteaux, pigeonniers ronds ou carrés en pierre de Pétreval, briques et silex, tous plus admirables les uns que les autres. Nous arrivons à Gonfreville Caillot et nos amis qui attendent depuis un moment se joignent à nous et nous sommes maintenant 18. Les visites se suivent à un rythme soutenu, Nointot, nous admirons la Mairie qui a été restaurée, un marchand de fruits et légumes sur la place, M. Pascale tente l’achat de deux pêches, que voulez-vous, il n’y a que quand elle mange que nous n’entendons plus sa voix, mais ce sera chou blanc, une personne est en train d’acheter le fond de commerce et ne veut pas laisser sa place, finalement pas de pêche et la critique repart de plus belle !!! Au passage dans Bolbec, pour faisons les provisions, pour ceux qui en ont  besoin, il faut quand même penser que la restauration est importante, puis les visites recommencent, la Mairie, bel édifice avec son esplanade et ses statues, le site des Ets Dégenétais, un lieu de mémoire de la grande époque du textile sur Bolbec et nous sortons du trou Bolbécais pour atteindre une ferme dont la bâtisse nous laisse sans voix, sauf M. Pascale. Une beauté d’architecture, un beau souvenir du temps passé. Nous allons maintenant descendre vers l’abbaye du Valasse pour faire ripaille et nous espérons retrouver Marco que nous avons perdu dans Bolbec. L’ombre est la bien - venue afin de garder un peu de fraicheur, peu de tables disponibles mais un camp est improvisé et les estomacs se remplissent, il est tout de même 13 h 00 passé. Notre disparu est de retour, les recherches téléphoniques ont fonctionnées.
Les ventres pleins, les vessies vides et les bidons remplis d’eau fraiche, nous reprenons la route. Jacques nous gratifie d’une figure acrobatique en sortant du parc, rien de grave, son égo est plus blessé que son corps, voilà ce qui arrive quand on veut opérer un demi-tour avec une grosse moto ! Cette longue descente qui nous a mené au parc de l’Abbaye du Valasse est maintenant un long faux plat montant, Ghislaine et M. Pascale se disputent ma roue arrière, à force de sucer ma roue, elles vont avoir la langue noire, jusqu’au moment où nous bifurquons à droite vers Beuzevillette, si nous avions su, nous aurions moins chargé les estomacs, même M. Pascale ne parle plus, c’est pour vous dire que la côte était costaud !
Notre Cap’tain Gégé, par peur de manque de ressource électrique, nous quitte pour faire route sur le port d’attache. Lintot, arrêt devant la mairie, puis un château-ferme avec un porche d’entrée admirable et un calvaire que je connais bien puisque tout près du refuge où pas mal de chaussures d’enfants y sont déposés, un rite connu pour les enfants rencontrant des difficultés pour marcher. Je n’ai pas le temps d’aller donner quelques caresses à mes protégés car la sortie n’est pas finie. Un bon moment de roulage et nous atteignons Rouville et encore un château, notre Reine d’Hattenville a des connaissances dans la région. Nos amis Hauberdon nous quittent (un peu tôt) car nous leur avons indiqué qu’ils pouvaient encore faire un bout de chemin parmi nous, nous croisons à nouveau un château et chemin faisant (pan, pan) nous croisons nos amis en sens inverse non loin de la chapelle de Bielleville. En direction de Tocqueville, un jeune chien veut faire route avec nous, j’opère un demi-tour pour le faire rentrer chez lui, l’opération terminée, je rattrape mes collègues à Tocqueville. Nous rentrons vers Fécamp via Toussaint où nous faisons une halte « fin de brevet » chez Evelyne à sa demande.
Une belle journée de cyclotourisme avec du soleil, un léger vent pour nous rafraichir, du dénivelé, mais raisonnablement, et surtout de l’amitié et convivialité, nous n’en demandons pas plus.
Didier
P.S. : Petite précision concernant la photo de la croix de Pierre qui à mon avis , peu ou pas de participants ont vue : Cette croix qui m'avait été signalée par Nicole se trouve juste au sommet de la côte de Beuzevillette (et là on peut comprendre pourquoi peu de personnes ne l'ont vue....)  Peu de renseignements concernant cette croix sinon qu'il peut s'agir d'une croix de chemin ou de peste.
Quand à mon déséquilibre et mon égo : Même pas mal...
J.J.
 

Sortie à la journée groupe A/B Mardi 20 Juillet 2021
Organisation: Jean Claude Paillié

Sortie à la journée groupe A/B Mardi 20 Juillet 2021
 Organisation: Jean Claude Paillié
 Cette fois, Jean Claude (l'organisateur du jour) a eu de la chance : Il a fait beau !
De ce fait, le groupe partant pour cette journée était un peu plus consistant qu'à l'habitude. Nous étions donc 11 à l'heure du départ de l'office du tourisme: 8 feront les 110 km "bien louchés"  (1060 m de dénivelé positif) à la journée: Jean Claude, Jeannot, Bruno, Jean Louis B, Gilles A, Gilbert, Marco, et Rémy , les 3 autres combineront la sortie du mardi matin avec cette balade pour faire "seulement" 60 km : Eric, Joël et moi.
Et tout d'abord direction Colleville par la voie verte. Il n'est que 8 heures et pourtant l'on sent les premiers dardillons d'un soleil qui se montrera plus que généreux tout au long de la journée. Vint alors la première difficulté du jour : la côte de Miquetot. La forte ossature du groupe A se fait déjà sentir étirant sans le vouloir le peloton , chacun montant bien sur en fonction de ses possibilités. Notre pauvre Rémy couvert comme s' il partait pour Terre-Neuve ne tardait pas à jouer les cocottes minutes, il réussit quand même à atteindre la sommet avant l'explosion, l'arrêt au sommet permit à notre ami de retrouver ses couleurs normales après avoir enlevé quelques couches superflues.
Passage devant la lanterne des morts d'Angerville, puis Ancretteville, Sassetot par la côte des roulettes s'il vous plait, St Martin aux Buneaux (tiens ça monte encore...) Auberville la Manuel, côte de Malleville les grès et plongée sur Paluel où nous quitterons nos amis partis pour la journée à l'intersection de la piste cyclable qui aboutit à Veulettes.
En ce qui nous concerne, nous les 3 dissidents, nous rentrerons au port via Vittefleur, Caniel , Cany (où nous prendrons le café), et ensuite Fécamp par la voie verte.
Pour nos 8 journaliers, la tâche s'annoncait forcément plus ardue d'après les renseignements qui ont pu me parvenir.  Tout d'abord ce fut Veulettes puis à Vittefleur une côte que seul Openrunner et Jean Claude connaissaient et qui permet de contourner Cany par les Hauteurs         ( mais quelle côte! ), puis replongée sur la Vallée de la Durdent avec arrêt café chez le tavernier à la verve haute de Grainville la Teinturière.
Après cet arrêt profitable ils emprunteront  la petite voie verte (en parfait état aujourd'hui) jusqu'au Hanouard . Sur le coup de midi, ils arrivaient à Doudeville où ils dévalisaient la boulangerie locale avant d'aller s'attabler à la terrasse d'un bistrot que le guide connaissait.
Il est à noter que ce guide justement avait très bien fait les choses en dénichant grâce à sa passion pour Openrunner de toutes petites routes très agréables et pratiquement inconnues de tous sauf peut-être des membres du groupe A que déjà Jean Claude avait emmenés par là. Impossible donc de vous donner plus de détails sur le reste du parcours car nos cyclos avaient les yeux rivés sur leur guide de peur quelquefois  de le perdre...
Tout ce que je peux dire  c'est que nos amis au "lendemain" du tour de France ont fait une halte à Thiergeville lieu de naissance d' Auguste Mallet dit aussi "Trompe la mort' qui s'était illustré en son temps sur cette célèbre course.
Voilà pour l'instant présent ce que je pouvais dire sur cette sortie qui restera en mémoire des participants tant elle leur a plu.
Un grand bravo à l'organisateur et plein de remerciements.
J.J.
 

Brevet de St Pierre Lavis, groupe C, dimanche 18 juillet 2021.

Brevet de St Pierre Lavis, groupe C, dimanche 18 juillet 2021.
Dès les beaux jours, l’envie de rouler revient et le groupe devient un vrai peloton, pas moins de dix sept membres ce matin plus un invité surprise. Nous allons essayer de ne pas trop le faire souffrir en roulant doucement ! Le convoi se met en route, la voie verte nous conduit jusque Saint Ouen, à la sortie de Valmont puis par la route nous gagnons Sorquainville, il y a bien sûr la montée, même nos syndicalistes n’ont rien dit. Ne pas oublier que pour nous rendre maintenant à Normanville, une seconde ascension devra être effectuée. Nous avons dans l’idée de prendre notre pause-café au passage à Fauville mais avant il nous faut encore visiter Thiouville puis Cliponville et enfin la Chaussée de Saint Pierre avant d’apercevoir le clocher de l’église et sur la place, l’estaminet avec sa terrasse vide, ce qui ne va pas durer car une fois le groupe assis, peu ou plus de place pour d’autres cyclos et certains vont consommer plus loin. Valérie qui fête son anniversaire à chaque sortie maintenant court dans tous les sens pour trouver de la monnaie, le patron ne prend pas la CB. Merci à notre amie qui nous a généreusement offert les consommations. Il nous faut reprendre notre position de cyclo en enfourchant nos montures et c’est la vallée de la Ganzeville que nous devons rejoindre après quelques zigzags sur le parcours, plutôt que de filer par Tocqueville les murs l’option Limpiville était au programme et descente du Grand Duval la tête dans le guidon, un plaisir de courte durée puisque nous arrivons à peine à atteindre les 55 km/h qu’il faut se jeter sur les freins pour tourner vers Daubeuf Serville (que de noms en « ville » dans notre région !). Odile nous a quitté pour rallier Toussaint par le plateau pour ne pas avoir à remonter en fin de brevet puisqu’elle est venue à vélo ce matin. Par la vallée, normalement nous allons avoir du dénivelé négatif et les jambes se mettent à tourner un peu plus vite, le train nous est donné par Jacques avec sa Mobylette et nous atteignons parfois une vitesse pas très raisonnable mais ce n’est que du plaisir et nous n’avons perdu personne dans l’affaire.
Une belle matinée, un gros groupe et vraiment de la bonne humeur, un vrai plaisir de randonner ainsi. Notre groupe B n’a pas eu cette chance car Vincent est passé sur un gros caillou, a crevé des deux roues et est tombé, rassurez-vous, rien de grave, rien de cassé, des égratignures et une malheureuse expérience à son actif.
Didier
 

Brevet de misère, jeudi 15 juillet 2021, groupe C.

Brevet de misère, jeudi 15 juillet 2021, groupe C.
Enfin du soleil deux jours de suite, la Mé Théo est partie en vacances et c’est tant mieux ! Un groupe important pour ce brevet, après la montée sur le plateau via St Léonard, afin de ne pas subir la circulation vers Etretat, nous bifurquons par le Bihorel qui nous verra atteindre Les Loges par un itinéraire bien plus cyclo. Nous rendons hommage à la chute de Joël au passage de la voie cyclable des Loges, la stèle est commandée et sera bientôt mise en place et nous pourrons nous y recueillir à chaque passage. En route vers Bordeaux (saint clair) rassurez vous et descente du bois de Beuriot où nos féminines ont pu admirer un éléphant, du moins, c’est ce qu’elles ont cru, ce pauvre gars qui croyait uriner tranquillement a été dérangé pendant sa vidange, j’espère que son pantalon n’a pas subit le rengainé rapide de sa trompe ! Nous faisons une petite pose avant de reprendre maintenant du faux plat montant pendant de longs kilomètres, pas beaucoup de pourcentage mais Dominique qui fait son retour parmi nous se dit comme dans la guerre des boutons « si j’aurai su, j’aurai pas v’nu » mais la vallée de misère est si agréable pour rouler à vélo que nous arrivons en vue de Sausseuzemare plus vite qu’il n’en faut pour le dire. Les syndicalistes présentes essaient de changer le tracé pour éviter le « coup de cul » d’Auberville la Renault, je suis devenu sourd à la suite de la dernière manif, j’ai maintenant des acouphènes et n’entends plus toutes les syllabes donc je garde le cap et la difficulté passée, les syndiquées arrivent encore à donner de la voix, pas d’essoufflement donc ce n’était pas si difficile. Au passage en la localité de Tourville les Ifs, la secrétaire Générale du FNBR (Fédération Nationale des Brevets Raccourcis) nous quitte pour appeler le siège de Paris et rendre compte à son Jeannot des misères faites aujourd’hui, c’était le nom du brevet, il fallait s’en douter ! Pendant la descente vers la vallée de Ganzeville, la course habituelle pour essayer de battre nos records respectifs de vitesse mais un léger vent de face ne nous le permet pas, je dis vent de face car j’étais coller dans la roue de Jacques et si le vent venait de derrière j’aurai été bien mal ! Au pied de cette descente, Mln nous a dit qu’elle a pu observer nos rondeurs fessières, ce qui est sans doute la cause d’être restée derrière sans essayer de nous dépasser, sacrée Mln ! Le boujou de séparation au supermarché pour moi car une partie du groupe a décidé de se rendre vers la plage pour un verre de fin de brevet.
Belle sortie, sans pluie et sans grosse mare d’eau sur le bitume, un manque car nous commencions à nous y être habitué !
Didier

PS: Concernant la dernière photo: Rien de grave rassurez-vous. A sa desente de vélo sur la plage, Capt'ain Gégé a eu un petit problème d'équilibre lui occasionnant quelques égratignures que notre pharmacienne de service a vite soignées je dirai presque au grand plaisir de notre "vieux matelot" (En aurait-il fait exprès pour être dorloté ???)
 

Brevet du plateau, groupe C, mercredi 14 juillet 2021.

Brevet du plateau, groupe C, mercredi 14 juillet 2021.
    Petit brevet en ce jour de la prise de la Bastille, nous roulerons également demain, d’où le kilométrage réduit. La matinée s’annonce belle et sans pluie ce qui permet à Evelyne de venir avec nous et dès le départ, nos syndicalistes cherchent s’il faut garder les gilets jaunes ou les retirer, il fait froid ou il va faire chaud, le vent souffle ou pas, enfin les éternelles questions que se posent tous les responsables syndicaux avant d’annoncer « la grève ».
C’est parti, il est 9h00 et cap sur Senneville, le plus gros du dénivelé de la matinée est avalé dès le départ. Au sommet nous retrouvons Odile qui est montée un peu plus tôt. Pour ne pas déranger les surfeurs qui profitent du vent sur le plateau et des étendues d’eau dans le chemin de la plaine, nous restons sur la D 925 jusque Bondeville, nous croisons notre ami Dominique avec son tricycle motorisé, il nous fait entendre son klaxon et nous salut au passage, nous faisons de même puis nous retrouvons le tracé initial à Eletot. C’est maintenant à travers la campagne que nous filons vers Clainville, les cultures sont rouges de coquelicots, le groupe s’en trouve scindé en deux, nos dames ont voulu être prise en photo parmi ce tapis coloré, sans doute pour avoir bon teint. Le groupe reformé nous progressons vers Ecombarville et Ancretteville. Nous traversons la D 925 pour atteindre le hameau de Daubeuf puis Angerville la Martel, il n’est pas très tard mais il est vrai que le brevet est court. Cap sur Thérouldeville puis descente sur Valmont, info pour Mln, j’ai pris 57 km/h dans la descente, tu as loupé ça ! En arrivant à Valmont, c’est la guerre, des militaires et des véhicules garés qui attendent l’ordre d’y aller, ne me demandez pas où, j’ai eu pu et j’ai filé tout droit, j’ai déjà connu ça en revenant du Mont St Michel en passant sur la côte Normande, j’ai traversé Colleville sans reconnaitre le village puis plus loin c’était Colleville Montgomery, le nom du maire avait changé en une semaine, quand j’étais parti il s’appelait Renault Michel. Comme il nous était impossible de prendre un café à Valmont, nous continuons et retrouvons notre voie cyclable puis au passage devant chez moi, je quitte mes collègues.
Une courte sortie mais ce n’est pas le kilométrage qui compte, c’est la manière de le faire.
Didier
 

Brevet de la Marguerite 11/07/2021 Groupe b

Brevet  de  la  Marguerite   11/07/2021 Groupe b
Nous 7 à partir, sous un ciel sombre chargé de quelques gouttes. Notre moral résistant à toute épreuve fait que nous sommes très confiant pour la suite de la matinée, car en principe aucune pluie n’est prévue.
Sur la zone de Babeuf nous accueillons Gilbert venu à notre rencontre.
A Epreville nous quittons les grandes artères pour nous enfoncer dans la campagne par des routes plus agréables. Nous passons Mentheville. A Annouville nous prenons la direction du Grand Duval pour atteindre Thietreville. Il faut être le facteur du coin pour connaître parfaitement les rues du village. Après avoir la veille bien étudié la carte, je me suis immanquablement trompé, ce qui a eu pour conséquence d’entendre Pierrot bougonner et de rajouter quelques km au brevet.
Par la suite tout se déroula à merveille, le soleil nous fait même des clins d’œil, la température est agréable et le groupe est bien soudé. Pierrot que l’on a pas vu depuis un mois tient une forme olympique. Mais comment fait il ?
 Riville, Beuzeville la Guérard, Ste Marguerite, Fauville, Yébleron, Rouville, Limpiville, Valmont, seront les villages témoins de notre passage. Tout en roulant nous avons une pensée amicale pour notre ami Mimi Gr. qui vit en ce moment une période un peu difficile.
 A l’ancienne chocolaterie, terme de notre brevet très agréable, nous échangeons sur notre présence réciproque aux prochains rendez-vous de la semaine prochaine qui seront de l’ordre de 3. En ce qui me concerne je ne pourrai participer à aucun, puisque je pars une semaine respirer l’air du « Pays ».
 
Gérard
 
 
 

Brevet du Val Cayeux, Groupe C, dimanche 11/07/2021.

Brevet du Val Cayeux, Groupe C, dimanche 11/07/2021.
           Ce matin juste au départ, une petite bruine fait son apparition, un moment de doute pour ma part car partir pour 63 kilomètres sous une pluie fine qui vous pénètre bien ce n'est pas ce dont j'avais rêvé pour ce brevet du dimanche matin. Profitant du feu tricolore de la rue queue de renard je marque un arrêt et revêts mon vêtement de pluie, ce dont j'aurais pu me passer car nous étions en vue de Ganzeville que cet épisode humide était déjà terminé. Nous avons perdu à cause de cette humidité notre amie Évelyne qui a jeté l'éponge (humide bien sûr). Nous progressons dans la vallée de Ganzeville avec une route sèche et le soleil fait même une très belle apparition juste après cette localité de Bec de Mortagne, ce qui me fait penser que si j'étais rentré j'aurais encore porter le nom de poule mouillée. Nous montons la côte du bois pour atteindre Bénarville où nous marquons en arrêt regroupement afin que le dernier arrivé puisse souffler aussi.  Cap maintenant sur Tocqueville les murs puis le Rome, nous ne pensions pas aller si loin, puis Equimbosc et Hattenville. Nous empruntons le chemin des buttes puis le chemin du beau soleil bien nommé aujourd'hui et arrivons dans la localité de Fauville où nous avons pour habitude de nous délecter d'un petit café en terrasse et aujourd'hui nous n’échappons pas à la règle, à noter que ce petit café nous a été gracieusement et généreusement offert par Éric qui en avait envie. Il nous faut reprendre la route et à nouveau nous sillonnons la compagnie cauchoise via de petites routes que nous découvrons. Aux dires de certains membres le tracé est sympa peu ou pas de circulation. Kilomètre après kilomètre nous arrivons à Normanville puis Beuzeville-la-Guérard et Ourville. Le ciel petit-à-petit redevient gris mais le plombier a bien réparé la fuite car pour l'instant aucune gouttelette d'eau ne nous tombe dessus. Nous retrouvons toutes les routes usitées habituellement et que nous connaissons par cœur Gerponville, Thérouldeville, Angerville-la-Martel puis un passage par le hameau d’Ypreville avec sa tour lanterne. Cliquemare, Clainville puis Eletot, le chemin de la plaine pour rejoindre Senneville sur lequel nous trouvons 2 mares nous obligeant à mettre pied-à-terre et à emprunter les berges. Le cap’tain Gégé m’a même signalé que je cherchais à le noyer, rien de tout ça dans mes intentions le seul but étant d'arriver tous sains et saufs au panneau fin de brevet. Nous marquons comme à notre habitude quand nous passons par ici un arrêt photo dans le virage de la côte de la Vierge et profitons de ce moment pour le boujou.
          Un brevet découverte  de nouvelles routes très agréables surtout le dimanche matin, les absents auront encore une fois eu tort belle sortie bonne humeur un groupe bien solidaire.
Didier
 

Brevet du jeudi 8 juillet 2021 gROUPE a/B

Brevet du jeudi 8 juillet 2021 gROUPE a/B
 C’est un petit groupe de 7 cyclos qui s’élance par la rue d’Etretat pour accomplir ce brevet long de 49 km.
Nous sommes surpris par une petite pluie en arrivant aux Loges. Le temps de profiter des sanisettes locales, au demeurant très propres, que le nuage est passé sans vraiment nous mouiller. Malgré tout, quelques uns ont gardé leur k-way, mais attention à la surchauffe dans la côte de Criquetot. Aucun moteur n’ayant donné des signes de faiblesse, nous continuons bien groupé vers Ecrainville.
A la sortie d’Auberville la Renault, la direction de Sauville est une découverte pour certains. Après Annouville nous rejoignons la vallée en plongeant sur le Bec et rentrons à Fécamp en longeant la Ganzeville.
Le groupe se sépare au carrefour des quatre routes et après les au revoirs d’usage, les Fécampois se dirigent vers la ville tandis que Gilbert et moi affrontons la dernière difficulté du jour pour atteindre Tourville et rejoindre nos foyers.
 
Gérard
 
 

Sortie du groupe C, jeudi 08 juillet 2021.

Sortie du groupe C, jeudi 08 juillet 2021.
Pas de pluie, je peux sortir, et je ne suis pas « poule mouillée » aujourd’hui. Nous sommes treize au départ de ce brevet avec des interprétations différentes quant à la manière de sortir de Valmont quand nous y serons, j’ai appris ma partition par cœur et il est un peu tard pour changer les notes, il pourrait y avoir des canards et la chasse est fermée. Pour ne pas laisser notre ami Gégé rouler seul par la route et nous sur la véloroute, nous restons solidaires et notre cap’tain Gégé nous a en ligne de mire puisqu’il aime rouler en queue de peloton. La côte de Thérouldeville, le petit Mont Ventoux du jour, ne sera monté qu’une seule fois et ça suffit bien ! Ensuite le Muisement, bien connu puisque son cousin le Nuisement habite près de Normanville, nous tend les bras et Theuville au Maillots voit nos maillots violet et or passer. Gerponville et la descente, eh oui, de Bertheauville, tout schuss et je ne vous raconterai pas l’histoire de la portugaise au ski. C’est ensuite Grainville et cette remontée vers Ourville, que personnellement je n’aime pas. A la sortie de l’agglomération, Jean Claude se sent dégonflé, une halte pendant la remise en pression de la roue et c’est reparti pour ce grand faux plat montant (dont j’ai horreur !). Dans la montée, Jean Claude se redégonfle, je le soupçonne de ne pas avoir changé sa chambre à air, et Joël a le pneu arrière qui danse, ça ne sent pas bon tout ça ! Un coup de pompe pour Joël et Jacques redescend avec sa mobylette pour voir où en est Jean Claude. Le temps de cette halte forcée est occupé à la narration de plusieurs histoires bien croustillantes, je suis heureux de voir notre Cap’tain éclater de rire. Nous cherchons un estaminet dans Ourville mais tout est fermé et Joël est déjà parti devant, le tour de France, il faut être rentré avant l’arrivée ! Au passage dans Riville, la maréchaussée est au carrefour et arrête une camionnette devant nous, ensuite tout à droite et rotation max pour le reste de la descente, un jeu entre notre apothicaire et moi dans ce genre de route, un petit moment de bonheur de sentir ce vent fouetter notre visage par la vitesse. Dans Valmont nous marquons un mini arrêt le temps de reformer le peloton, au passage devant mon écurie, je descends du cheval et souhaite bon retour à mes collègues de randonnée.
Une sortie bien agréable avec du dénivelé mais pas trop et bien sûr, de la bonne humeur, un bon cocktail de réussite entre amis(es).
Didier
 

Le Brevet des motivé(e)s Dimanche 04 Juillet 2021

Le Brevet des motivé(e)s Dimanche 04 Juillet 2021
 Que dire ? ou plutôt que faire ?
En vouloir à la météo qui nous fait du n'importe quoi ? Accuser le manque de motivation de certain(e)s ?
En fait j'en sais rien et je préfère ma taire de peur que mes propos en choquent plus d'un(e)......
Nous n'avions donc ce matin que nos yeux pour constater les dégats :
Pour le groupe B : 2 partants et à voir la tronche que nos deux amis tiraient à l'idée de faire ce parcours en duo, nous espérons qu'ils soient allés au bout
Pour le groupe C nous étions 7: 3 féminines: Valérie, Evelyne et l'ainée Marie Pascale (je viens de me faire une amie) et 4 bonshommes : Joël, Jeannot, Eric et moi
En ce qui concerne le groupe A , peut-être y avait-il quelques volontaires mais l'heure relativement matinale de départ (6h) fait que nous n'en avons aucune idée à cette heure précise.
Mais revenons à la sortie du groupe C. A l'heure du départ il tombait en réalité à peine deux gouttes, pas de quoi effrayer celles et ceux qui ont pris la peine de se déranger et surtout pas de quoi se noyer... Nous démarrons comme le prévoyait le parcours par la voie verte et au passage devant le domicile du Président (absent lui aussi , tien tien...), nous lui avons bien fait comprendre que c'était nous qui passions.... Peut-être n'aurions nous pas du car  au passage à niveau de la gare de Colleville, le bon dieu (s'il en existe un) nous a punis et à cet endroit, ce n'est pas le train qui siffla trois fois mais bien le pneu arrière de Jean qui lui ne siffla qu'une seule fois mais suffisamment pour que l'on comprenne qu'il n'irait pas plus loin. Pendant le temps nécessaire à la réparation nous laissons les féminines prendre un peu d'avance, mais elles n'ont surement pas utilisé le temps que nous leur avons accordé pour progresser mais surement pour papoter ( comme d'habitude et vlan encore des amies)car avant Valmont nous les avions rattrapées. J'oubliais de dire que déjà il n'était plus question de pluie et même qu'au sommet de la côtelette de Riville le soleil tentait de percer les nuages.
Nous ferons un petit écart au parcours en poussant jusqu'à la gare de Grainville la Teinturière pour ralier cette localité plus directement. Ce n'est peut-être pas ce que nous avons fait de mieux car ce tronçon était fraichement gravillonné si bien que c'est avec la peur au ventre de percer que nous arrivons au coeur de la cité du Roi des Canaries. Sur l'invittion de Jeannot nous retrouvons avec grand plaisir notre estaminet au patron si dynamique et surtout sympathique qui a toujours la blague aussi facile.
Nouvel entorse au parcours, nous aurions du à partir de là emprunter la piste cyclable qui passait devant l'hôtel aux insectes  mais d'un commun accord et pour cause de chaussée humide nous avons craint que cette piste soit glissante. Donc direction Le Hanouard par la route normale et virage à droite pour grimper la côte de Cleuville comme prévu. Au sommet de cette dernière, le soleil étant maintenant éclatant, nous prenons la décison de poursuivre jusqu'à Fauville , la troupe étant encore alerte et la langue de certaines  semble-t-il  encore bien fraîche et bien pendue ....
Arrivés à Terre de Caux, il était 10h50 , nous avions encore 22 km à effectuer pour rejoindre Carrefour Market de FécamP. Alors là les choses sérieuses se sont mises en route . Plus un bruit, plus un son , tout le monde la tête dans le guidon  et en file indienne s'il vous plait et en moins d'une heure la chose était pliée. Comme quoi ces dames quand elles le veulent (je dis bien quand elles le veullent seulement) savent très bien rouler.
Si nous n'étions pas très nombreux, nous avons malgré tout passé une superbe matinée dans la joie et la bonne humeur .
Encore une fois les absents ont eu tort.
Jacques Jouen
 

Sortie à la journée Groupe C jEUDI 01 jUILLET

Sortie à la journée Groupe C jEUDI 01 jUILLET
Les jardins suspendus du Havre, le 01 juillet 2021.
Le ciel nous fait cadeau d’une accalmie ce matin et nous réserve sa bonté pour le reste de la journée, toujours une crainte de voir avorter une sortie pour cause de mauvais temps ou plus souvent un manque sérieux de participants. Ayant déjà fait cette sortie et voulant inaugurer un aller-retour nouveau qu’il a étudié sous toutes les coutures, c’est Jacques qui est notre capitaine de route et franchement « heureusement », le GPS était obligatoire et encore !!!
Les participants arrivent petit à petit, j’avais eu un message de Valérie qui me demandait de lui en mettre « un petit coup » avant de partir, rien de tel pour vous couper les jambes, ce qui fut fait en présence de tout le monde, du coup Evelyne m’a demandé de regarder si elle en avait besoin aussi, je commençais à tirer la langue mais je pense que vous aviez compris qu’il s’agissait d’un peu d’air supplémentaire dans les chambres à air (bande de cochons !). Il nous manque trois membres que nous retrouverons plus tard. Le top départ est donné et ce sont les premiers mètres de dénivelé pour sortir de la ville et arriver sur le plateau. Saint Léonard passé, cap vers Gerville et Fongueusemare avec le lot de montagnes russes, c’est toujours ça de fait et de moins à faire. Changement de cap et c’est la vallée de misère qui en ce matin est d’un calme, la nature se réveille doucement et la crainte de la prochaine bosse flotte dans le peloton, la rue des partages, montée inconnue pour beaucoup d’entre nous mais au sommet la satisfaction d’avoir vaincu ce « sommet » sans difficulté car long mais avec un pourcentage très raisonnable. Nous arrivons tranquillement à Vergetot et retrouvons nos amis de la famille Hauberdon et Jean Félix. Nous sommes maintenant 14 et le groupe se remet en route après les bavardages habituels. Nous arrivons bientôt, par de petites routes de campagne fort agréables, dans le village de Rolleville, nous avions envisagé de prendre un petit café mais le troquet est fermé et là, la route s’élève beaucoup plus que dans la vallée de misère, le syndicat des confédérés des brevets raccourcis se fait entendre maintenant dès que la route s’élève, on entend crier « camarades ! La grève !!! ». Les banderoles ne sont pas de sortie mais pour combien de temps ?
Au passage à Fontaine la Mallet, nous marquons un arrêt au cimetière afin d’aller nous recueillir quelques minutes sur la tombe de notre regretté ami Armand Prouteau, déjà trois ans qu’il nous a quitté à la suite de son accident. Nous arrivons maintenant dans la banlieue du Havre et ce n’est pas le moment de voir le GPS du capitaine tomber en panne. Les routes barrées pour travaux et aussi par manque de plaques indiquant le nom des rues. Après quelques tours, contours et autres, nous arrivons dans les chemins nous menant aux jardins suspendus.
Une esplanade avec vue sur la ville et la plage ainsi que l’entrée du port nous offre la possibilité de faire ripaille, il est midi, les estomacs crient « au secours » beaucoup moins fort que nos syndiqués dès l’apparition d’une côte ! La fin du repas voit MLN nous offrir ses cookies qu’elle n’a pas fait seule car elle les a confectionnés avec amour, quand va-t-elle nous le présenter ? La visite des jardins, des plantes et des plantes de toutes sortes, la nature nous offre des beautés pour les yeux et des senteurs qui nous interrogent au passage. Avant de prendre le chemin de retour, nos dames profitent des installations pour faire le vide des vessies, ce doit être bien car c’est long, très long, elles doivent être en réflexion pour acheter le commerce !!!
Les photos souvenir devant l’entrée des jardins et c’est la route de retour qui s’annonce, pas longtemps, car un cri vient de l’arrière, « crevaison », Mme la capitaine adjointe est percée, pas elle mais son pneu arrière, le repas copieux a eu raison de la pression de la roue (hi, hi, hi). Les mécaniciens se mettent au boulot, en un rien de temps, plus de roue sur le vélo, le pneu gicle de la jante, la chambre à air est extirpée, recherche du fautif et remontage version Formule 1, Gérard et sa pompe à papa se mettent en action et « Malheur », la pompe à papa se plie en deux, le métal n’était pas assez trempé pour résister à une telle température de fonctionnement. Après une prière collective, elle allait finir sa vie dans une poubelle mais après réflexion, il y a des pièces qui peuvent être réutilisées ou vendues sur « le bon coin ».
Nous retrouvons ensuite la circulation urbaine et fuyons au plus vite cette folie afin de retrouver le calme de nos petites routes de campagne. Une petite balade entre la mer et l’aéroport du Havre, nous errons entre la D940 et la mer afin de rejoindre Saint Jouen de Bruneval, le syndicat refait apparition, ça monte ! Nous passons devant le port d’Antifer, pas question de descendre, moi le premier mais j’ai à gérer une grève aussitôt si nous allons voir la plage en ce lieu. La Poterie, le Tilleul, descente par le bois et cap sur Etretat, la réflexion sur un arrêt éventuel mais nous envisageons le salon de thé au sommet de Bénouville qui malheureusement ne peut nous offrir ce que nous cherchons, ce sera l’estaminet des Loges sur lequel nous jetterons notre dévolu.
Après un doute, c’est finalement Rémy qui nous offre la consommation pour fêter son anniversaire, nous avons ainsi décidé à l’unanimité qu’à chaque sortie, ce sera l’anniversaire de Rémy (hi, hi, hi). Un grand merci pour sa générosité ! Nous empruntons la voie vélo pour sortir de la localité et avons le souvenir de notre ami Joël qui n’est pas des nôtres aujourd’hui mais qui de colère à son dernier passage en ce lieu s’était roulé en boule dans le fossé. Le Bihorel puis dernier moment de revendication de nos syndiqués, le petit coup de cul avant Saint Léonard. Pour le cul, j’en connais qui vont se souvenir de cette sortie, un petit manque d’assise sur la selle ces dernières semaines, ne pas aller dans un zoo avec les fesses rouges, certains singes peuvent croire que c’est de la famille.  Le boujou ayant été fait à Gérard un peu plus tôt ainsi qu’à nos amis Annie, René et Jean Félix, le reste de la troupe se sépare avec la joie d’avoir fait une bonne randonnée, un parcours bien tracé par notre capitaine du jour et personne de perdu !
La suite lors de la prochaine sortie.
Didier
 

Sortie Groupe A / B Jeudi 01 Juillet 2021

Sortie Groupe A / B Jeudi 01 Juillet 2021
 La sortie à la journée du groupe C  a du attirer bon nombre de copains des groupes A et B aujourd'hui jeudi puisque nous n'étions que 7 des deux groupes réunis à être présents au rendez-vous de 9 h 00 :  4 du groupe B et 3 du groupe A.
C'est par un temps lourd et peu ensoleillé que nous entamons notre sortie du jour par la route d'Etretat. Hasard du calendrier c'est pratiquement le même parcours que nos amis partis pour la journée que nous empruntons jusqu'à Notre Dame du Bec, en passant par St Léonard, Gerville, Fongueusemare, Ecrainville, Vergetot.
Nous nous sommes même fait acclamer tels les coureurs du Tour de France par un groupe de jeunes enfants et leurs responsables au passage de Notre Dame du Bec. De quoi nous donner du courage pour se lancer sur le retouR avec un léger vent favorable via Criquetot et les Loges.
Encore une sortie bien sympathique et bien groupée comme nous les aimons.
Michel Grémont