Adresse
/
Téléphone
Composition 2
 

Brevet de Vattetot groupe C Dimanche 30/05/2021.

Brevet de Vattetot groupe C Dimanche 30/05/2021.
Peu de motivation ce matin, le dénivelé a effrayé plusieurs de nos habitués du groupe ou les 100 km de jeudi sont encore dans les mollets ! Nous sommes sept participants et partons par Ganzeville, nos collègues des groupes A et B nous dépassent route de Valmont et nous les verrons s’éloigner dans la vallée où Jean Félix se met à manquer d’air de la roue avant. Crevaison lente mais crevaison quand même ! Au fond de Baigneville, première difficulté de la matinée, nous en gravissons une bonne partie sur nos montures mais avant de repartir en marche arrière nous mettons le pied à terre et finissons à l’unisson à la marche, même pas honte !!! La fin de la route ressemble plus à une piste pour VTT qu’à une route, nids de poule, manque de goudron etc. Nous filons maintenant vers Bretteville, l’enrobé y est nettement meilleur. Cap sur Bréauté où nous retrouvons la terrasse de l’estaminet, un moment de détente bien apprécié par tous car pour me faire pardonner de cette montée, je règle le petit noir. Je sais que nous allons encore appuyer sur les pédales car le tracé n’est pas plat ce matin et la prochaine côte nous attend dès la reprise en allant vers Vattetot. J’ai la chance de monter sur une pierre et ma roue arrière se dégonfle dans un bruit de vent violent. Ce n’est pas ma semaine, deux fois à plat la même semaine, il y a bien longtemps que je n’avais pas eu cette chance (ou pas). Les dames profitent de l’incident pour gravir le dénivelé vers Vattetot tranquillement. Nous les retrouvons à l’entrée du village et c’est reparti car nous ne sommes pas en avance avec ces deux crevaisons. J’en profite pour signaler à Jacques que je suis bon pour laver mes gants car noircis par la poussière d’aluminium des jantes mais je n’ai pas fait d’excursion dans les herbes hautes ! Vous savez comment font les dames pour obtenir une faveur, elles papillonnent des cils, un petit sourire et le tour est joué, je cède donc, nous ne montrons pas l’Orval et nous rentrerons par le plateau jusque Contremoulins où se sera l’éclatement car je rentre sur la capitale du chucre, Evelyne sur Toussaint et les Fécampois descendent vers Ganzeville.
Une matinée agréable, encore un peu fraiche car le petit vent qui est toujours présent nous évite de monter en fièvre mais nous retrouvons le plaisir de prendre un café sur le parcours.
Didier
 

Brevet des Murs Groupe B 78 kM

Brevet des Murs Groupe B 78 kM
Je ne pourrai pas vous dire grand chose de cette sortie car le parcours roulant entre Fécamp et Bolbec n'a  pas spécialement avantagé les Moustachus que nous sommes Françoise et moi. Si nous avons réussi à nous cramponner jusqu'à Fauville, nous avons fait plusieurs fois l'élastique entre Fauville et Rouville au gré des légères difficultés du parcours jusqu'à ce qu'elle casse entre Rouville et Bolbec où la vitesse de croisière adoptée par le groupe ne nous permettait plus de suivre avec nos engins privés d'assistance après 25 km/ h et pesant quand même près de 20 kg. Si le groupe ne nous a pas attendu c'est tout simplement qu'il a appliqué les recommandations que j'avais faites au départ sachant pertinemment que nous ne pourrions pas suivre et que surtout l'on ne s'occupe pas de nous au cas où... Je me doutais bien que nous pourrions rentrer dans la côte de Mirville, ce qui ne manqua pas de ce faire. Le temps de prendre quelque photos dans cette difficulté et patatra Françoise ou plutot son pneu avant tombe amoureux d'un silex et pfffffi. Malgré les cris et le coup de sonnette de Françoise que je suis le seul apparemment avoir entendu (et pourtant on dit que je suis sourd), le groupe s'éloigna et nous ne le reverrons plus......
Je n'ai pas trop bricolé pour réparer mais là le retard pris était trop conséquent et malgré que nous ne nous sommes pas amusés pour rentrer nous ne parviendrons jamais à le rattraper.
Nous étions aux abords du lycée Maupassant  à 11h45 après 81 km, ce qui n'est pas une heure indue encore pour rentrer même un jour de fête des mères.
Je m'excuse de parler en fait que de nous dans ce résumé, mais en vérité cette sortie n'a été qu'une sortie de couple , ce qui n'est pas non plus déplaisant.
Un des deux Moustachus
P.S: Si quelqu'un du groupe veut ajouter quelque chose à ce résumé "ligth" , les colonnes de cette rubrique lui sont ouvertes
Brevet  des  Murs (suite)
 
 
En effet, après avoir vu revenir jacques aux abords de Mirville, nous avons définitivement perdu notre couple dans le village.
 
Comme souvent nous avons fait une petite pose ravito sous le viaduc en direction de Bréauté. Nos amis n’arrivant pas, plusieurs hypothèses ont trotté dans nos têtes. Nous avons aussi pensé qu’ils avaient pu prendre l’autre route, celle qui mène à Bernières.
 
Après quelques minutes d’attente, et tenant compte des consignes que Jacques nous a laissées au départ, nous sommes repartis. A Bréauté nous avons pris la direction du château d’Antiville et ainsi facilité la route pour Yvon qui devait rejoindre Fécamp rapidement. Nous arriverons dans Goderville par le hameau de Versailles.
 
A Ecrainville, c’est Antonio qui nous quitte pour rejoindre directement Fongueusemare. Nous ne sommes plus que 6 à filer sur Criquetot. Les aiguilles tournent et nous avons peut être pris un peu de retard. Je quitte mes camarades à Epreville pour rejoindre Yport, les laissant aller vers Tourville puis Fécamp via La Roquette.
 
Personne ne voulait être en retard pour ce jour de fête de Mères. Une question néanmoins se pose. Comment se fait il que les appels de détresse de Françoise n’aient pas été entendus, elle qui possède un avertisseur puissant. Il n’est peut être pas trop tard, pour nous, de faire contrôler notre audition !
 
Gérard

P.S. :  OK Gérard, préviens moi lorsque vous prendrez rendez-vous, nous pourrons peut-être alors pouvoir prétendre à un tarif de groupe.....
Pour en revenir à ce petit incident, il n'y a rien de dramatique et ça ne nous a pas empêché de rentrer dans les temps. C'est vrai que je ne veux surtout pas que l'on nous attende lorsqu'il s'agit d'un lachâge par la vitesse, il est normal que vous rouliez à votre vitesse. Par contre dans ce cas bien précis un petit coup de main aurait été le bienvenu , Mais pas grave on s'en est sorti quand même.
Jacques
 
 
 

Brevet des Murs Groupe A dimanche 30 Mai 2021 94 km

Brevet des Murs Groupe A dimanche 30 Mai 2021  94 km
Ce matin , temps agréable et ensoleillé pour ce parcours de 94 km dit des "Murs". Nous sommes 7 lorque nous partons  avec, il faut le dire quand  même, un petit vent qui nous accompagnera tout le trajet soufflant tantôt de travers où à notre avantage  comme dans  la vallée de ganzeville ou bien encore sur le plateau entre Rouville et Bolbec. Nous marquerons un arrêt à Benarville pour des besoins pressants puis nous continuerons sur  Fauville et direction bolbec toutes voiles dehors mais où pourtant il faudra marquer un arrêt au giratoire afin de ne perdre personne . C'est ensuite la côtelette de Mirville  et Bréauté où nous croisons 3 de nos féminines seules entrennant par la même notre étonnement. Nous saurons un peu plus tard  le pourquoi car  à la sortie de breaute notre président était en train de gonfler sa roue arrière certainement  à cause d'un méchant silex que sa bonté naturelle n'a pas fait mieux que de le recueillir......Votre bonté vous perdra Monsieur le Président.
Direction ensuite goderville puis Criquetot où j'avais prévu normalement quitter mes camarades. Pris d'un courage subit je changeais d'avis et je continuais la route . C'est ensuite  La Poterie et sa longue montée où Vincent un peu juste  en kilométrage  coince quelque peu  ce qui nécessitera un  regroupement à Etretat où le passage de la rue principale envahie de monde ne fut pas une sinécure.  Une folie !!!
 Nous retrouvons le calme en fuyant cette cité balnéaire par la côte de Bénouville . Fécamp approche il ne reste plus qu'à passer Yport criqueboeuf  et notre port d'attache est en vue . Bonne sortie sans problème particulier et nous nous quittons sur l' au revoir traditionel 🚴🚴🚴
Michel Grémont
 

Sortie Caudebec, groupe C, jeudi 27 mai 2021.

Sortie Caudebec, groupe C, jeudi 27 mai 2021.
Une belle journée qui commence, pas pour tous car de bonne heure le téléphone sonne, la famille Crochemore ne sera pas des nôtres, Marie Pascale souffre d’un lumbago suite (soit disant) à la cueillette de la rhubarbe la veille, nous aurons le motif en fin de journée lors de notre arrêt en passant devant chez nos amis, les branches de rhubarbe ont donné des idées à Marie Pascale qui hier soir à voulu faire plaisir à Jeannot en effectuant un remake de Jane et Tarzan à la rencontre des éléphants et la liane a cassé. Nos amis Hauberdon ne sont pas présents non plus, Annie n’est pas en forme. Nous prendrons au passage à Valmont Bruno et Nicole à Sorquainville. Véloroute jusqu’à St Ouen et cap vers Sorquainville avec la première difficulté de la journée, tout le monde grimpe sans souci et sans se plaindre ! La traversée du village et tout à coup, mon pneu arrière se dégonfle, il fallait bien que quelqu’un commence. Je me mets à l’œuvre et quelques féminines partent devant pour rejoindre l’estaminet de Normanville pour un café réparateur aussi. Ma roue remontée, nous progressons d’un kilomètre et MLN fait de même, pneu arrière aussi, papa se charge de la réparation avec sa pompe magique. Nous arrivons tout de même à bon port et prenons ce petit noir en terrasse qui nous est offert par notre novice des longues sorties pour arroser sa licence, il restera le nouveau vélo, ses nouvelles lunettes, les chaussures neuves, à chaque sortie une nouveauté à arroser !!!! Merci Valérie pour ce geste. Nos réparations nous ont un peu mis en retard et nous allons rouler pour pouvoir manger avant l’heure du goûter. Par les petites routes de nos campagnes, nous traversons notre beau Pays de Caux et nos allons bientôt voir la Seine quand MLN nous fait un bis repetita dans la longue descente vers Rançon. De nouveau, papa va mettre les doigts dans la mécanique pour remettre en état cette roue récalcitrante. Un regroupement général devant la boulangerie pour les formules et la véloroute de la Seine à vélo pour nous poser à Villequier pour faire ripaille non loin de Victor Hugo qui n’a pas daigné trinquer avec nous. Une aire de pique-nique avec WC pour nos dames, c’est mieux que le maïs avec le risque de croiser le géant vert. Du avons eu droit de déguster des petits gâteaux façonnés par MLN, un délice mais ne lui dite pas ! Passé ce moment de détente et de restauration, nous reprenons notre périple, avec dès le départ la fameuse côte à 15% que certains d’entre nous, moi le premier, monterons à pied après en avoir gravi quand même une partie. La digestion n’étant pas faite et le casse-croûte était délicieux, pourquoi le voir repasser ? Nous avons dorénavant une voiture suiveuse, notre Cap’tain Gégé est venu nous rendre visite et assure notre sécurité à l’arrière. La descente du Pays de Caux vers la Seine, c’était très bien mais il nous faut faire route contraire afin de revoir la mer. Anquetierville, Grandcamp, il est beau notre Pays de Caux, toujours de petits chemins qui ne sentent pas encore la noisette, Bolleville puis Yebleron ensuite Nicole nous annonce qu’elle va couper à Esquimbosc pour retrouver son château, il nous manque les moustachus. Nous nous inquiétons, Gégé est allé faire une reconnaissance, rien de grave, juste un problème avec ses intestins, notre Roi de la com s’est libéré en pleine nature, une éclipse en plein jour le lendemain de la pleine lune, qui aujourd’hui s’est vidée !!! No comment ! Un arrêt au sein de Saint Maclou pour attendre nos moustachus et donner de quoi se laver les mains à notre malheureux ami qui pris de diarrhée est allé engraisser les cultures (ou les faire mourir !), mais il avait de quoi et n’avait plus de gants, où sont-ils ? Françoise ne te laisse pas faire et explique-lui comment fonctionne la machine ! (Encore un copain !). La route entre Angerville Bailleul et Annouville est barrée mais nous passons et sans problème car les travaux ne coupent pas les voies de circulation, à vélo tout est plus beau ! Annouville, le périple touche à sa fin et nous allons faire une halte devant chez nos amis Marie Pascale et Jeannot, Radio Tourville avait les larmes aux yeux ce matin de ne pouvoir venir, il faut choisir entre le cirque et le vélo, franchement le sot de l’ange est fait pour les plus jeunes, Marie Pascale, sois raisonnable… Après bien sûr, quelques moqueries amicales nous rentrons vers la capitale des Terre-neuvas et l’au revoir qui a déjà été fait à Gérard à Tourville se fini au rond-point de l’hôpital, éclatement entre les fécampois et les banlieusards. Je rentre avec Bruno, fin de la balade à Colleville pour moi avec 107 Km.
Belle sortie, un bon groupe sans trop de bavardage mais vous savez pourquoi, l’animatrice n’était pas là, un beau tracé apprécié de tous et surtout du respect et de l’amitié, tous les ingrédients d’une bonne sortie club étaient réunis. Vivement la prochaine !!!
Didier
 
 

Brevet Donathien, groupe C, lundi 24 mai 2021.

Brevet Donathien, groupe C, lundi 24 mai 2021.
 Un petit kilométrage ce matin, les fidèles sont au rendez-vous, malgré leur participation au brevet d’hier avec ses 65 km. Rien de bien spécial sur cette sortie si ce n’est de la bonne humeur et de la joie, tout ce qu’il faut pour resouder tout ce qui a été cassé par la pandémie, mais la force de l’amitié sera toujours plus forte et nous surmonterons cet handicap.
La véloroute jusqu’à la gare d’Ourville puis direction Gerponville avec le vent qui ne nous lâche pas, le pire reste à venir, nos féminines présente sont au top de leur forme et aussi grincheuse qu’en forme, je ne vous dis rien de plus. Mais au regard de la souffrance d’hier, je suis prêt à faire un geste pour finir le brevet en de bonnes conditions suivant les aléas d’Eole. Nos dames méritent le mieux pour être en forme et comme je ne tiens pas un club de fitness, je dois motiver les troupes à chaque sortie. MLN a fini le sommet de la côte de Riville à 26 km/h, une montée en cardio pendant 100 m, c’est bon pour le fractionné. Gerponville, changement de cap et les râleuses rentrent en transe « napolitaine », ça glace le sang ! Le deal, c’est que si le vent est trop fort pour rejoindre la chapelle des marins, nous descendrons la route de Cany pour ne pas lutter contre ce vent maudit. Nous sommes rattrapés par nos « moustachus » qui ont fait un détour supplémentaire par Bertheauville avec Christelle qui est toujours en forme et arbore avec fierté nos couleurs, reviens avec nous !!!
Comme prévu, le vent ne nous fait pas de cadeau entre Bondeville et Senneville et comme je n’ai qu’une parole, j’abrège la souffrance de nos dames et nous descendons par la route de Cany plutôt que de rejoindre la chapelle avec un vent de face, ouf l’honneur est sauf !
Une belle petite sortie, malgré cette lutte avec les éléments mais nous en sommes revenus et prêt pour la première sortie « longue » de l’année, prions pour avoir un temps clément.
Didier


 

Brevet du Goupil groupe A / B lUNDI 24 mAI 2021

Brevet du Goupil  groupe A / B lUNDI 24 mAI 2021
Ce matin le groupe est un peu plus conséquent. Le ciel étant assez dégagé et offrant de larges éclaircies, les cyclos se sont remis à espérer une sortie sans pluie. Nous sommes 10 avec le renfort de Gilles M.qui, se trouvant seul dans son groupe, est venu nous rejoindre.
On note avec plaisir les retours de Pierrot, Gilles, Antonio et Serge.
 
Le circuit du jour emprunte le début de la vallée de Ganzeville avant de retrouver Tourville par la côte de la scierie. C’est un peu dur pour Pierrot, mais la solidarité du groupe aidant notre Ami monte sans souci cette difficulté.
 
Sur le plateau le vent de Sud Ouest nous oblige à nous abriter les uns derrière les autres, Gilles mène le groupe. Vers Goderville nous croisons d’autres cyclos venant des clubs d’Epreville et de Normanville. A Manneville la Goupil, à l’entrée de l’Agglomération, nous sommes rejoint par le VCF course et c’est en gros peloton que nous prenons le virage vers Bréauté.
 
Le vent est maintenant favorable, nous pouvons entamer quelques sujets de conversation liés à l’actualité  tel que le futur stationnement payant à Yport et le montant de la future taxe sur les ordures ménagères que chacun devra acquitter.
 
Le brevet se déroule gentiment mais à bonne allure. Gilles et moi quittons le groupe à Annouville.
Nous rentrons directement chez nous en passant par Epreville. Nos Camarades descendent vers Bec de Mortagne pour rejoindre Fécamp.
 
Notre optimisme du début de matinée n’aura pas tenu. Nous serons tous mouillés par une belle averse à quelques kilomètres de nos domiciles.
 
Gérard
 
 
 
 
 

Brevet du Dun Groupe A/B DIMANCHE 23 mAI 2021

Brevet du Dun Groupe A/B DIMANCHE 23 mAI 2021
7 braves cyclos (Jean– Claude, Josselin, Gilles, Marco, Rémy, Alain et moi) des groupes A et B rassemblés à la mature, attendent ce matin le départ de ce brevet du Dun annoncé long et difficile pour un mois de mai.
Nous décidons de rouler ensemble jusqu’à Doudeville et ensuite nous aviserons. Pour rejoindre Riville, nous empruntons la voie verte, peu fréquentée à cette heure-ci, permettant ainsi à deux canards de déambuler tranquillement sur le bas-côté.
 
A Oherville, nous grimpons vers Robertot pour atteindre Carville pot de fer et Doudeville. A l’entrée de cette dernière nous nous séparons. Les uns continuent le brevet prévu, et les trois autres (Alain, Marco et moi) prenons la direction d’Harcanville, Anvéville, Hautot St Sulpice, Hautot le Vatois et Bermonville où nous croisons nos Amis du groupe C qui ont dû se demander ce que l’on faisait par là.
 
Pour rentrer nous passons par Cléville, Foucart, Yébleron etc. pour terminer par un selfie au rond-point de tourville. Selfie que vous ne verrez pas, car une fois de plus je l’ai encore raté !!
 
Gérard
 
 
Si nous attendons que le soleil darde de ses rayons nos vieux os, nous ne ferons rien. Ce matin, la chaleur n’est toujours pas au rendez-vous, heureusement que la motivation réchauffe. Nous sommes 12 au départ, nous serons bientôt 14 quand nos amis de la famille Jouen nous aurons rejoint en cours de route. Ce n’est que de l’arithmétique mais vous allez voir que le calcul n’est pas si simple. Un petit entrainement pour atteindre le pied de la côte de Tourville et c’est notre cap’tain Gégé qui se joint à nous, donc 13. A la sortie de Mentheville pour donner suite à un souci de charge de batteries, Gégé doit rentrer avant le manque de jus, ce n’est pas encore l’heure du café ! Par les petits chemins qui ne sentent pas encore la noisette, mais plutôt les engrais ou désherbants, nous parvenons à Saint Maclou la Brière et là, Annie, Ghislaine, René et Éric nous quittent pour des raisons d’invités et de circuit un peu trop long, reprenons notre calcul, nous voilà à 9, c’est simple. Nous traversons la plaine d’ellevaimbuc et juste à la chapelle, nous faisons une halte pour que notre journaliste (radio locale) se couvre un peu plus, il fait froid ! C’est à ce moment que nos deux moustachus nous rejoignent. Yebleron, je n’ai pas les yeux en face des trous et je prends la direction de Bolleville, un petit détour qui nous fait augmenter le kilométrage, ça fait du bien. Nous retrouvons notre tracé initiale quelques encablures plus loin, Eole est des nôtres, le soleil revient et perce les nuages noirs qui nous ont lâché un pipi d’oiseau dessus pendant quelques minutes. Avec le vent favorable, tout devient plus facile, Foucart, Cléville puis après avoir traversé la D 926 nous entrons dans Bermonville et nous croisons 3 membres du groupe B qui ont choisi les chemins de travers plutôt que le brevet initial. Nous progressons au ralenti, nos dames cherchent un abri anti atomique pour vider la vessie et c’est à l’entrée de Saint Pierre Lavis qu’un arrêt de car permettra d’effectuer la vidange de bon nombre de poche du petit bassin, je vous rassure, pas dans le local mais derrière ! Je ne sais pas si le bois supportera l’acidité, nous repasserons un jour et si le cabanon est tombé nous nierons les faits. Vonvon qui roule avec nous ce matin, a préféré remplir la mare plus loin de l’autre côté de la route, les vaches étaient hilares quand nous sommes passés, elles ont vu le trayon… La pause prend fin et Normanville nous tend les bras, la terrasse du troquet n’est pas encore ouverte, c’est bon à savoir. Dans la montée vers Sorquainville, nos moustachus prennent le large, des invités ce midi, l’au revoir en passant et nous les voyons partir à l’horizon. Nous rentrons jusqu’à Valmont par la route et empruntons la véloroute pour ne pas gêner la circulation automobile. Je quitte mes amis de route, qui sont très contents de ce brevet, en passant devant la maison où mes toutous m’attendent sur le balcon. Pour info, j’ai appris plus tard que nous sommes sans doute rentré plus tôt que Jacques qui a été vu par ma moitié (ou mon quart) à la sortie de Colleville en difficulté avec une crevaison je pense, il faut faire attention quand on se taille les moustaches de ne pas se couper (hi, hi, hi !).
PS : En me rendant à mon rendez-vous pour ma première injection covid, je n’ai pas vu Jacques sur mon trajet, je pense donc qu’il est rentré !
Didier
 Dans sa grande gentillesse (humour évidemment)  notre bon Président n'a pas manqué de m'envoyer une petite communication personnelle en rappelant à mon bon souvenir la fable de la Fontaine : le lièvre et la tortue et sa moralité: rien ne sert de courir, il faut partir à point, c'est bien sûr de bonne guerre et je l'en remercie . A charge de revanche.... mais permettez moi cependant de terminer cette fable à ma façon:
Devant faire face à cette difficulté,
le lièvre renvoya en toute hâte sa harse à son terrier
Alors elle eut tout le temps nécessaire
Pour préparer le déjeuner de ses invités.
Si bien que le lièvre à peine rentré
N'eut  plus qu'à se mettre les pieds sous la table pour se régaler
Moralité:
En toute chose malheur est bon
Jacques le fataliste
 
 

Sortie groupe C jeudi 20/05/2021.

Sortie groupe C jeudi 20/05/2021.
Nous avons toujours la peur au ventre quand arrive l’heure du brevet en ce moment, nous avons pratiquement les quatre saisons dans la semaine, la Mé Théo, la cruelle qui ne veut pas nous donner de beau temps.
Nous sommes neuf et les féminines sont en force puisque cinq contre quatre. Pour prendre un peu de température, la côte de la Vierge nous tend les bras, ce n’est pas très agréable de franchir cette grimpette dès le début d’un brevet mais les organismes sont prêts pour la première sortie à la journée, donc quelques grammes de plus de muscle ne sera pas négligeable. Le vent sur le plateau nous est favorable, que du bonheur, il va nous contrarier tôt ou tard ! La plaine pour atteindre Eletot puis des zigs et des zags jusque Sassetot le Mauconduit. Le vent tantôt favorable ou de travers en fonctions des azimuts. Une petite halte au sommet de la seconde difficulté de la journée pour un regroupement et un rafraichissement des gosiers. Nous traversons ensuite Criquetot le Mauconduit et Ouainville. Ensuite cap sur Bertreville et une petite halte pour un ravitaillement si nécessaire. Il y a sur cette route en retrait, l’entrée d’un corps de ferme qui est magnifique et que par bonheur notre Reine d’Hattenville ne connaissait pas, pour une fois que c’est moi qui lui fais découvrir une curiosité !!! En cet endroit il s’est passé des choses bizarres, Marie Pascale me demande de prendre les cinq filles devant le porche, déjà une, devant une 2CV se serait pas mal alors 5 et devant une Porsche !!! Bien sûr je ne peux m’empêcher ce genre de blague, c’est trop facile et ça fait rire, nous en avons besoin pour sortir de cette période un peu triste. Maintenant le vent est contraire et il nous faut continuer, nous ne serons à l’abri que dans la vallée de Valmont. Nous marquerons un arrêt pour attendre que Valérie nous rattrape, elle a croisé son amie « Miqueline » à l’entrée de la véloroute et les langues se sont mise en route. Pas trop d’attente, 30 secondes ont suffi. Notre ami Bruno nous quitte en passant devant l’écurie et je fais de même en passant devant la mienne.
Une belle sortie aux dires de mes collègues malgré un début par un bon dénivelé, la bonne humeur et l’humour ayant fait le reste.
Didier
 

Groupe A/B : Sortie du jeudi 20 Mai 2021

Groupe A/B : Sortie du jeudi 20 Mai 2021
 On n'en menait pas large ce matin au départ de notre sortie du jeudi, car une inspection sécurité était au programme. L'administration du club (ou le hasard des choses) avait en effet délégué rien que deux inspecteurs : l'ancien et le nouveau... Et oui rien que cela.... à l'heure qu'il est, nous ne connaissons pas la nature de leur rapport mais visiblement le nouveau n'est pas plus méchant que l'ancien et comme nous avons fait attention à nos "plumes", l'avis ne pourra être que favorable.
Tout ça pour expliquer la présence d'Eric ce matin avec le groupe B qui en vérité préfère rouler le matin du fait que l'après-midi il soit obligé de racourcir ses sorties pour des raisons professionnelles.
Petit effectif ce jour puisque les groupes A et B ne formaient qu'un et se composait de 10 cyclos. Pile poil juste pour respecter la législation du moment....
Nous commencons notre rando par la vallée de Ganzeville et pour ne rien cacher , je suis incapable de dire à quelle vitesse de groupe nous l'avons parcourue, a celle du groupe A ou à celle du groupe B ? That is the question ? J'ai ma petite idée là -dessus mais pour ne pas me mêler de choses qui ne me regardent pas, je dirais simplement et Gérard est d'accord avec moi... que l'excès de vitesse (car il faut quand même bien appeler un chat , un chat) était surement dû à l'extrème fraîcheur  de cette vallée de Ganzeville et que tout le monde sans exception avait besoin de se réchauffer.
Les ardeurs allaient bientôt se calmer naturellement dans la côte du bois qui mène à Bénarville. Bruno qui un instant a voulu rivaliser avec un VA E a pu se rendre compte de la puissance de ces engins dans les bosses. Gilbert aussi qui a tenté de suivre Françoise , je dis bien tenté.... Pour une fois qu'on peut lui faire mal à celui -là.... Hi ! hi! hi!  D'où les quelques slogans machos  (pour rire bien sur) entendus au sommet de la côte: Pas de femme avec nous ou encore Pas ça de la part d'une femme.
Arrive ensuite le mont Le Roi , ce qui nous permis au passage de montrer à Yvon la pancarte qui porte ce nom prétendant qu'il ne savait pas où se trouvait ce lieu. Du reste il en sera de même au passage de Gauquetot. C'est vrai que c'est un petit débutant et que nous n'étions jamais passés par là.... Sacré Vonvon c'est vrai que si tu n'existais pas, il faudrait t'inventer..... (heureusement qu'il a bon caractère).
Le reste du parcours ne sera qu'une formalité et effectué à une vitesse beaucoup plus convenable pour des cyclotouristes : Gerponville, Theuville, Thérouldeville, Angerville (où nous avons bien marqué le stop "chef") Colleville et le déboulé final jusqu'à Fécamp.
Une bien belle sortie marquée par ces petites anecdotes que j'amplifie toujours un peu pour tenter de faire sourire et aussi par un excellent esprit de camaraderie dégagé par tous les participant(e)s.
Jacques
 
 

sORTIE à LA JOURNéE GROUPE b Mardi 18 Mai 2021 ou Chantons sous la pluie

sORTIE à LA JOURNéE   GROUPE b  Mardi 18 Mai 2021 ou Chantons sous la pluie
Telle aurait pu être la devise du jour. En effet les premières gouttes de pluie apparaissent dès la montée de Tourville. J’ai choisi de rejoindre et d’attendre au sommet de la côte mes huit camarades. Marie Pascale est là également car elle officie en temps que photographe officielle sur la commune de Tourville.

Pour s’abriter du grain passager, je me réfugie avec elle, en tout bien tout honneur, dans le bâtiment où se situait auparavant l’ancienne scierie Loisel. A peine le temps de sortir quelques blagues que notre peloton arrive déjà. Notre photographe prend quelques clichés et nous voilà vraiment partis en direction de Bolbec.

Jacques qui nous accompagnait jusque là, nous quitte à Bernières et part vers Valmont pour rentrer au logis. Son emploi du temps ne lui permettait pas d’aller plus loin.

A la sortie du village, premier arrêt où à la faveur d’un abribus en bois nous trouvons la place pour nous abriter et nous vêtir.
La traversée de Bolbec se fait sans encombre, le soleil semble vouloir se montrer et la température n’est toujours pas de saison (12°). A notre grand désarroi il n’est toujours pas possible de franchir la porte d’un estaminet pour déguster un petit café : Il nous aurait fait tant du bien !

Marco prend la direction des opérations et nous conduit, par des rues inconnues de nous tous, vers Gruchet. Nous retrouvons à la sortie de la ville la route principale qui nous permet d’observer au passage l’historique abbaye du Valasse qui trône au milieu de son environnement de verdure. A la sortie de Lillebonne, notre bon guide est victime d’une crevaison, le ciel est chargé, et la pluie fait son retour. Nous trouvons pour quelques uns abri dans une serre des jardins municipaux.

Marco mène toujours le groupe et nous dirige vers Gravenchon par l’ancienne route nationale. A Petitville nous rejoignons le bord de seine et filons sous la pluie et dans le froid sur la véloroute qui borde le fleuve. Nous passons Villequier et arrivons pour midi à Caudebec. N’ayant pas d’autres choix, nous nous offrons un abribus pour avaler notre repas. Jeannot en profite, aidé en cela par Gilbert, pour réparer une crevaison lente détectée quelques instants plus tôt.

Le temps à l’air de s’arranger, des éclaircies se forment. Nous repartons vers St Wandrille et passons devant l’abbaye pour rejoindre Rançon. C’est sous un soleil franc que nous montons la côte qui nous mène à Louvetot. Cela nous fait du bien et l’on apprécie la sortie.

Le reste du parcours ne sera que formalité. Nous passons au large d’Allouville et d’Alvimare, traversons Foucart, Yébleron, St Maclou, Annouville, Mentheville. Tout cela avec un vent de nord ouest qui rend pénible notre progression.

Nous terminerons, sur invitation de Jeannot, notre amicale sortie tout de même, autour d’un bon verre pris sur la terrasse ensoleillée de la famille Crochemore.

Gérard
 

Brevet de la Basse Seine groupe B DIMANCHE 16 mAI 2021

Brevet de la Basse Seine  groupe B  DIMANCHE 16 mAI 2021
 Dernière sortie j'espère de déplacement par groupe de six. Ce matin, le petit peloton de 10 cyclos que nous formions ne peut pas prétendre décrocher la palme de l'obéissance, car jamais nous n'avons réussi à former les 2 groupes normalement exigés par le "protocole". A notre décharge nous invoquerons que le vent particulièrement génant pendant une grande partie de cette sortie nous  à fait chercher l'abri ,le plus souvent possible , d'une roue salvatrice. Si ce n'est pas excusable c'est néanmoins compréhensible. Même que la police nationale nous a doublés lorsque nous traversions Gruchet la Valasse et qu'elle n'a heureusement pas fait cas de nous.
Le train de 8 h 00 qui est parti de la mâture avec 8 cyclos en guise de wagon s'est rapidement en cours de route allongé prenant au passage de l'ancien octroi de la route de Bolbec le père Marco et un peu plus haut près de la Roquette le dénommé Gilbert.
Ce train ainsi formé trouvera rapidement sa vitesse de croisière et c'est pile poil à la vitesse d'un audax (22,5 km/h) que nous effectuerons cette sortie de 80 km selon la formule : On part ensemble, on rentre ensemble. Vitesse raisonnable dirons-nous même si certains "moustachus" se sont quelquefois fait défrisés..... Mais pas grave, à la difficulté suivante tout rentrait dans l'ordre.
Petite embrouille malgré tout lorsqu'après avoir "brulé" les pancartes déviation à l'approche de Virville comme d'habitude si j'ose dire, nous nous trouvons en précence de barrières interdisant le passage. Devant notre embarras, un otoctone oeuvrant dans son jardin nous indiquait la route à suivre pour rejoindre St Romain en passant par Graimbouville.
Un petit merci à ce brave homme et le train redémarre pour rejoindre St Romain , la Remuée et la vertigineuse descente de Lillebonne qui aboutit précisemment à l'ancienne gare de Lillebonne qui n'est plus maintenant qu'un passage à niveau sur la ligne de Gravenchon à Bréauté. C'est l'endroit aussi choisi non pas pour prendre un p'tit sous au café de la gare, mais bien pour faire une pause ravito en plein air. Dans le temps les locomotives à vapeur avaient l'habitude de refaire le plein d'eau dans les gares, mais aujourd'hui tout au contraire c'était aussi l'endroit choisi pour mettre tous les robinets à l'air afin d'évacuer le trop plein des bidons absorbés en cours de route.
La section du parcours qui se présente alors à nous  (Lillebonne/ Bolbec) n'est pas la plus intéressante. Si le revêtement est excellent, la longue ligne droite qu'elle forme est une véritable incitation à la vitesse et je dois dire que les conducteurs non respectueux ne s'en privent pas. J'étais bien content lorsque la pancarte Bolbec fut franchie, ne me sentant pas du tout en sécurité.
Après le Val au grès, il suffisait de garder le cap pour rentrer cheu nous: Quelques photos dans la côte à la sortie de Bolbec,puis Rouville, Bernières, St Maclou, Annouville Vilmesnil et enfin Tourville les Ifs où le train passa au triage de façon à ce que chacun puisse retrouver le chemin de son domicile dans les meilleures conditions.
Encore une bonne sortie  rondement menée et effectuée dans un excellent état d'esprit . Vite on ne redemande.
Jacques
 

Brevet des clochettes groupe C dimanche 16 mai 2021.

Brevet des clochettes groupe C dimanche 16 mai 2021.
Temps très incertain ce matin, j’ai hésité à venir mais la pluie s’est calmée juste à temps.
Le moins drôle du début de brevet, c’est de commencer par du dénivelé, mais il faut bien sortir du trou dans lequel Fécamp a été construit. C’est bon, nous sommes à Saint Léonard et retrouvons notre famille Hauberdon qui est montée directement. Nous sommes maintenant huit et nous nous étirons afin de ne pas être trop en contact. Un peu de vent, juste de quoi chasser les nuages gris et le soleil fera son apparition. Manniquerville, Sausseuzemare puis Goderville, rien de spécial, tout le monde suit et « bavarde ». Changement de cap et le vent devient notre allier, assistance involontaire mais très agréable ! Bretteville puis Annouville Vilmesnil, nos féminines râlent, ne veulent plus faire de brevets de plus de 45 km avec un minimum de positif et puis quoi encore ? Le soleil arrive au bon moment, direction Bec de Mortagne avec une belle descente, de quoi se faire plaisir. Nous arrivons au Grand Duval et au Stop, René qui a pris, je ne sais quelle substance ce matin, se couche sur Annie, les voilà tous les deux au sol avec un pêle-mêle entre les vélos, ce n’est plus de leur âge de faire des choses comme ça dans la nature. Pas de blessures physiques heureusement mais faire une partie de jambes en l’air en plein carrefour, ce n’est pas sérieux. Je plaisante car pas de bobos. Nous reprenons le cours de notre sortie et faisons une pose à Bénarville, j’en profite pour remettre Annie en forme, enfin son vélo car patte de dérailleur un peu pliée, sacoche et porte bagage, je pensais que c’était Annie qui était de travers mais après observation c’était bien le vélo !!! Tout rentré dans l’ordre nous nous engageons sur la dernière partie de ce brevet. Ypreville Biville puis Sorquainville et la vallée de la Valmont. Nous empruntons la véloroute dès St Ouen, après la traversée du village, une sirène retentie, Marie Pascale se dégonfle de l’arrière, pas elle, son pneu et je suis encore bon pour rentrer les doigts noirs, Joël a œuvré pour le démontage et remontage de la roue aussi, une équipe prête pour intervenir en F1 ou pas !!!
Par chance nous passons devant l’écurie et je quitte mes collègues au passage, encore une belle sortie avec des grincheuses, des démonstrations de gymnastique non maitrisée, de la mécanique, de la carrosserie, il a fallu remettre les bourrelets d’Annie en place, une crevaison, ça manquait mais surtout de la bonne humeur (sauf une !), j’adore me faire des copines !!!
Didier
 
 

Sortie à la journée Groupe A sAMEDI 15 mAI 2021

Sortie à la journée   Groupe A   sAMEDI 15 mAI 2021
 
Pour la première sortie à la journée du groupe A cette saison, on ne peut pas dire que la Mée Théo était encore bien en forme aujourd'hui. Nous pouvons en témoigner à  5 :  Bruno Wallet, Jean Louis Bellet, Jean Claude Paillié,Yannick Vidonne (l'organisateur) et moi. Il nous faut bâcher dès le départ car un crachin donne le ton...  Notre parcours nous emmène à Benarville où quelques rayons tentent de percer la grisaille du ciel si bien que nous nous empressons d'ôter les blousons de pluie pour poursuivre notre ballade. Nous partons alors par monts et par vaux pour rejoindre Doudeville  ou un arrêt ravito est le bienvenu, malheureusement pas de petit café les terrasses étant encore fermées (vivement le 19). Il est temps alors de se diriger vers la Vallée de Saane où a Auzouville/ saane précisemment  un silex pointu amoureux du pneu arrière de Jean Claude voulu à tous prix voyager avec lui....Cet amour éphémère ne dura pas très longtemps ou plutôt si puisque lors d'une première tentative de réparation ce silex se faisant tellement discret qu'il ne put être débusqué....Alors évidemment ce qui devait arriver ,arriva et bis répétita : deuxième réparation.... Malgré tout je ne faisais pas le fier car moi aussi je sentais ma roue avant se dégonfler. Je profitais aussi de cet arrêt pour réparer  et de trois...
Nous voilà à Quiberville  et c'est l'heure du casse croûte. Nous recherchons un endroit  à l'abri du vent car ça souffle dur sur le bord de mer . Nous le subissons d'ailleurs tout le retour qui se veut en partie côtier: St Aubin, Veules les Roses puis à la sortie direction Neville vittefleur et enfin Cany où nous retrouvons la voie verte un peu plus abritée. Nous sommes accueillis à Valmont par une grosse averse qui ne nous laisse pas un poil de sec et pour couronner le tout, arrivé au Bec Cauchois c'est au tour de Yannick de percer de la roue arrière. Malgré toutes ces petites mésaventures sans gravité qui sont plutôt des anécdotes, nous rejoignons Fecamp où nous nous quittons après quand même 135 km sans oublier de remercier notre guide pour cette superbe sortie. Vivement la prochaine .
Michel Grémont
Michel Grémont
 

Brevet du Val aux loups Groupe A/B du Jeudi 13 Mai 2021

Brevet du Val aux loups Groupe A/B du Jeudi 13 Mai 2021
 Mais où étaient-ils donc nos amis du groupe A ce matin ? Ne nous dites pas qu'ils se fient encore à cette menteuse de Mée Théo quand même ? Après tout je n'en sais rien mais toujours est-il que notre pauvre Yannick se sentait bien seul entouré pourtant de huit membres du groupe B  au départ de ce brevet du Val aux Loups.
Pour ceux qu'ils l'ont crainte, la pluie n'était pas au rendez-vous et c'est tant mieux. A l'heure dite nous partons par le véloroute du lin où au passage à Colleville une foule enthousiaste avait tenu à saluer le passage des "coureurs" ( toujours mon habitude à emplifier les choses, en fait , seule Martine à sa fenêtre nous a fait coucou...).
La suite était moins drôle surtout pour Françoise et moi car  en effet, devinez quoi ? Nous nous sommes repayé la côte de Miquetot que nous avons grimpée un certain nombre de fois depuis la reprise avec le groupe C encore plus pour moi, car craignant la pluie prévue, j'avais anticipé hier en faisant déjà une grande partie du parcours  dont cette fameuse côte de Miquetot qui commence sérieusement à me sortir par les trous de nez....
Toujours pas d'omelette en passant devant chez Dédé ni même un coup de "cide", les poules parait-il ont le trou de balle cousu. Puis nous nous dirigeons gentillement vers le Val aux loups en restant sur nos gardes surtout sur la petite partie de la D 925 où ça roule vite et fort en ce jour de fête.
Nous ne rencontrerons aucun loup en ce fameux lieu dit, par contre Jeannot en gardera un souvenir jusqu'à vouloir l'emporter dans son pneu arrière. Son vieil ami l'Allobroge en pleine forme et de retour de son hivernage lui donna un bon coup de main pour l'aider à sortir de ce mauvais pas.
Yannick qui avait eu la patience jusque là de nous accompagner en roulant en sous régime, repris seul son rythme habituel et poursuivit son chemin.
Petite erreur de parcours ensuite avant Vinnemerville ce qui nous fera visiter sans le vouloir St Martin aux Buneaux, mais quand on aime on ne compte pas et ce ne sont pas ces quelques kilomètres supplémentaires qui nous feront boîter.
Nous empruntons ensuite le toboggan côtier jusqu'à son final avec un petit vent latéral malgré tout génant. La pause dans notre virage favori et c'en était fini avec cette sortie sympa . Après le retour de notre Gérard de Maurienne, il ne nous reste plus qu'à espérer celui du soleil qui commence cruellement à nous faire défaut.
Jacques
 

Brevet de la vallée de Valmont, groupe C jeudi 13 mai 2021.

Brevet de la vallée de Valmont, groupe C jeudi 13 mai 2021.

La crainte était, ce matin, autour de la météo, allons nous effectuer ce brevet sans pluie ? Deux groupes pour respecter les normes et c’est parti. A la demande de nos féminines, nous rejoignons St Ouen par la véloroute, notre ami Gégé fonce par la route. Nous prenons la direction de Riville par la route normale, la gent féminine voulait rester sur la voie verte mais malgré la torture, je n’ai rien cédé ! C’était vraiment pour éviter le dénivelé, qui est plus dans la tête que dans les jambes, car les langues n’ont pas arrêté d’être en action donc ce n’est pas difficile. Nous retrouvons « la reine d’Hattenville » au centre du village de Riville en compagnie de notre Cap’tain, le coucou de politesse et cap sur Sorquainville où nous faisons la pause si chère à nos dames. Jusqu’alors, le vent était resté discret mais dès notre entrée dans la plaine, il est là et bien là, de face pour nous contrarier. Mais, ça ne durera pas très longtemps car nous changeons de direction pour revenir à Valmont. Maintenant c’est l’assistance « éolienne » et nous nous frisons les moustaches, pour faire un clin d’œil à nos amis de la famille Jouen. Nicole nous quitte à Limpiville pour rejoindre le château. C’est un vrai plaisir, nous n’avons pas l’impression de forcer et Valmont arrive, comme d’habitude, Mln et moi lâchons les freins pour éprouver l’euphorie de la vitesse prise dans la descente et des trajectoires. Nous faisons le choix de rentrer vers Colleville par la route et ensuite vers Fécamp par la véloroute. Je quitte mes amis de rando au passage devant l’écurie, une matinée plus sympa que prévu par nos météorologues, si nous les avions écoutés, le vélo serait resté au garage.
Didier
 

Groupe A: dimanche 09 Mai 2021

Groupe A: dimanche 09 Mai 2021
Nous étions 6 ce matin prêts au départ lorsqu'un nuage est venu nous arroser pour le fun comme d'ailleurs nos camarades du groupe B . Néanmoins, nous prenons la route en direction d Etretat via  Froberville et les Loges . Là nous  engrangeons la direction de  Goderville puis de Manneville la Goupil d' un bon train. Vattot sur Beaumont est maintenant en vue puis ce sera Rouville ou nous mettrons pied à terre pour satisfaire un besoin naturel et un petit ravitaillement.  Pendant ce temps, Denis  trouvant sa condition un peu juste  pour suivre le rythme jusqu'au bout prend un peu les devant . Nous le reverrons rjuste avant tocqueville où aussi nous croisons le groupe des féminines accompagnées de quelques hommes (groupe C) . Cette route était d'ailleurs bien chargée en cyclo de tous sexes et de toutes provenances.  Denis décide de prendre la vallée pour rentrer tranquille tandis que nous suivrons la fin du parcours prévu pour rentrer au port et rejoindre le point de départ  où nous nous quittons sur un au revoir après une  bonne partie demanivelles effectuée sous une température agréable.
Michel
 
Un problème de transmission a empéché de faire paraître ce résumé en même temps que ceux des autres groupes. Veuillez nous excuser pour ce contre-temps
 

Brevet de la joie, groupe C dimanche 09 mai 2021.

Brevet de la joie, groupe C dimanche 09 mai 2021.
Brevet de la joie, groupe C dimanche 09 mai 2021.
Encore un groupe fractionné en trois ce matin afin de respecter ces mesures sanitaires, nous sommes prêts pour nous rendre au bal masqué (ohé, ohé), chacun de nous avait de quoi se cacher le minois avant de partir. Il y avait bien longtemps que nous n’avions escaladé la rue du Président René Coty, les travaux en ayant coupé l’envie de monter sans y laisser un pneu à la suite des travaux pour les câbles des éoliennes. Le revêtement qui a été apposé rend l’ascension de ce dénivelé très agréable et roulant, il faut bien sûr appuyer tout de même sur les pédales !
Un petit regroupement au sommet afin de mettre en place la composition de chaque mini groupe car la famille Hauberdon nous y attendait. Ici pas de neige donc pas de risque d’avalanche, nous avons une pensée pour les victimes de ces accidents de montagne dont nos amis de la famille Goddard sont originaires, un panneau nous indique que la route est barrée dans 1 400m mais à vélo, tout est plus beau et donc permis. La route est ouverte sur la moitié et une seule voiture en face, en infraction car la route est obstruée par des barrières dont la conductrice est passée à côté. Nous respectons cette foutue distanciation, le groupe arrêté au stop part quand le groupe suivant arrive. Ça marche bien !
Le point d’arrêt suivant pour que chacun puisse se voir s’est produit après Annouville, il nous faut rester à distance quand même. Des membres du club de St Léonard passent en nous saluant, nous les retrouvons après Angerville Bailleul, dans la côte vers Benarville et je ne sais pas pourquoi, une petite compétition s’engage, même Mln a eu l’envie de leur dire en passant auprès d’eux dans la montée « Alors les filles, on fait du vélo ? », non c’est moi qui ai failli le dire, Mln m’en a empêché !
Afin de retrouver tout le monde, un petit moment de détente au changement de direction à Tocqueville et heureusement que nous attendions avec attention car Marie Pascale, la tête dans le guidon, allait passer tout droit, un énorme crissement de pneus, un léger dérapage et tout était rentré dans l’ordre avec une petite engueulade (lol) pour ne pas les avoir poussés dans la montée précédente. Le prochain arrêt sera à Ypreville Biville où nous pourrons faire un moment de convivialité réclamé lors de la dernière réunion du Comité Directeur. Pendant cet arrêt, nous avons le plaisir de voir arriver François Lefebvre en sens inverse, il marque une pause et discute avec nous. Nous repartons, cap sur Sorquainville puis retour par la vallée de la Valmont et une partie de la Véloroute du Lin.
Je quitte mes amis (es) au passage devant l’écurie, une belle sortie avec de l’amitié sincère, le club va redevenir ce qu’il était avant la pandémie avec l’aide et la motivation de tous.
Didier
 

Brevet de Beaumont Groupe A ET b DIMANCHE 09 mAI 2021

Brevet de Beaumont Groupe A ET b DIMANCHE 09 mAI 2021
 6 Pour le groupe A et 8 pour le groupe B , ce sont les nombres de participants de ce brevet du Beaumont réservé aux groupes A et B de ce jour. Je ne pourrai pas vous dire grand chose de ce qui s'est passé ches les Bip-Bip, car à part les avoir salué avant le départ et les voire s'éloigner puis disparaitre en montant la route d'Etretat, nous n'entendrons plus parler de nos amis de la matinée . Quelque part c'est normal et surtout rassurant puisqu'apparamment ils n'ont connu aucun problème sinon nous les aurions récupérés.
En ce qui concerne le groupe B, comme je le disais nous étions 8 et ceci n'a posé aucun problème puisque Françoise pour qui c'était un première dans ce groupe et moi fermions la marche s'efforçant de garder une distance suffisante avec le sixième homme pour former un mini deuxième groupe. Le parcours proposé ce matin  et son dénivelé de près de 600 m demandait quand même une assez bonne condition physique, notre ami Bruno  qui a pris quelques kilos pendant le confinement ne pourra pas dire le contraire et il lui a fallu beaucoup de courage pour venir à bout de ces 62 km, bravo à lui.
Sinon pas grand chose à dire car dans ce groupe on a pas trop le temps de "gober les mouches" et nos amis Jean Jacques et Rémy qui avaient l'air d'être pressés ont fait en sorte que l'on ait pas trop le temps de s'ennuyer.  D'ailleurs en estafette au retour ,après Tocqueville les murs, ils prirent une telle avance que nous ne les reverrons plus. De peur que la route derrière la zone de Babeuf soit en mauvais état après les travaux éoliens, nous décidions à Mentheville de rejoindre Tourville les Ifs puis de piquer sur Ganzeville avant de rejoindre nos domiciles.
Autre point à signaler quand même, nous avons croisés nos amis Normanvillais séparés en 2 groupes , mais on ne peut pas dire qu'ils montrent l'exemple car chaque groupe comptait surement plus de 10 éléments . Mais comme on dit pas vu, pas pris...
Jacques



 

Brevet des Hameaux Groupe c samedi 08 Mai 2021

Brevet des Hameaux Groupe c samedi 08 Mai 2021
 Il pleut , il mouille
C'est la fête à la grenouille
La grenouille a fait son nid
Dessous un grand parapluie....
Ce petit refrain était bien d'actualité ce matin et de ce fait il y avait encore bien peu de volontaires pour prendre la route, comme vous pouvez le constater sur la photo . Vous avez en effet sur ce cliché la totalité les fadas du VCFC comme certains ne manqueront pas de nous qualifier qui ont osé aujourd'hui.
Evelyne, Ghislaine et Eric étaient pourtant bien présents à l'heure du départ, mais apparamment, il ne semblent pas aimer "chanter sous la pluie" si bien qu'ils ont fait demi-tour et ont regagné leur domicile. Dommage, ils l'ont peut-être regretté un peu plus tard ?
Le groupe n'étant pas en surnombre, nous avons  trouvé notre vitesse de croisière assez rapidement et c'est donc à quatre que nous ferons la totalité du parcours sans aucun problème d'homogénéité.
Nous attaquons par la voie verte et "je te le donne en mille Mimile", nous nous payons la côte de Miquetot pour la énième fois ces dernières semaines.... Si bien que nous n'avons même plus besoin de diriger nos vélos , ils connaissent cette côte par coeur au centimètre près. Arrêt traditionnel au sommet comme d'habitude ,toujours sous la petite pluie, et direction ensuite Angerville la martel et son hameau de Daubeuf qui n'est pas , au passage devant "chez Dédé", sans nous rappeler les bons souvenirs du temps du brevet de l'omelette.
Avant de traverser la D 925 toujours sous une petite pluie, Nicole nous avoue avoir égrainer son chapelet en chemin afin que cette maudite flotte s'arrête mais que son dieu ne l'avait sûrement pas entendu. Alors en continuant notre route vers Ancretteville, nous nous sommes tous mis secrètement à prier le nôtre et d'un seul coup, avant d'arriver à St Pierre (pas chez St Pierre...) le ciel devient tout noir, il fait presque nuit, des éclairs tonitruants percent cette sombreur, le vent souffle en raffales   et "MIRACLE " tel celui  de la mer Rouge, la pluie s'arrête immédiatement .
Bon là j'en fait peut-être un peu trop..... vous n'êtes pas obligés d'y croire.
Mais quand même la pluie s'arrête et un petit vent de sud Ouest nous fait bien comprendre qu'il est là et qu'il se fera sentir notamment dans la ligne droite de St Pierre en Port à Ecretteville puis d'Elétot à la D 925.
Arrivés à ce point de croisement une interrogation me traverse l'esprit quant à l'opportunité de continuer sur la D925 comme le prévoit le parcours, ou,  compte tenu  de la circulation intense sur cette départementale en ce jour férié, nous ne ferions pas mieux de  continuer sur Colleville via le hameau d'Hougerville. C'est cette dernière solution qui fut retenue à l'unanimité . il ne nous restait plus alors qu'à rejoindre nos bases avec un arrêt préalable au Héron pour le traditionnel au-revoir distancié.
( pas besoin d'étendre les vêtements pour demain, ils étaient secs avant la pancarte Fécamp)
Jacques
 

Sortie Groupe c Jeudi 06 Mai 2021

Sortie Groupe c Jeudi 06 Mai 2021
 Comme les prévisions le laissaient entendre, la Mée Théo n'était pas très en forme aujourd'hui, pourtant elle retrouva quelques peu ses esprits juste avant 14 h 00, séchant même ses larmes de crocodile, nous laissant accomplir notre sortie du jeudi après-midi sans problème (quoique...).
Il était bien à penser que ces états d'âme n'inciteraient pas grand monde à prendre la route. Pourtant seule Nicole osait se risquer et pointait le bout de son nez au départ m'avouant pourtant qu'en quittant Hattenville elle se demandait bien si elle allait rouler ou pas.
Ne pleuvant plus, le vent n'étant pas encore réveillé , à 14 h00 pétantes nous partions tous deux pour le circuit prévu qui nous voyait passer par Bénarville, St Maclou, Hattenville, Trémauville, Ypreville Biville, Sorquainville , Valmont avant de revenir sur Fécamp.
Nous sentirons bien quelques gouttes entre Bénarville et Hattenville, mais rien de bien méchant qu'i l ne faille relever. Tout baignait dans l'huile jusqu'à ce qu'un gravillon Valmontais vienne troubler la fête et m'obligeait à mettre pied à terre pour tenter de réparer. Je dis bien tenter car il m'a été impossible seul de démonter le pneu. Il ne me restait plus qu'à jeter un SOS pour qu'une voiture familiale vienne à mon secours.
Je laissais alors partir seule ma coéquipière que je retrouvais un peu plus tard à la maison autour d'un petit chocolat . En attendant la voiture balai je tentais de réparer malgré tout et c'est au moment ou celle ci arrivait qu'enfin je réussissais à décoller le pneu. Juste incroyable.
Demain j'irai m'expliquer avec mon vendeur......
( ne cherchez pas les photos aujourd'hui)
Jacques
 
Encore et toujours un groupe bien fourni ce matin au départ, malgré un second début de brevet semblable à celui d’hier avec la côte de Miquetot. C’est au sommet de cette montée que nous retrouvons Odile et Eliane, Jean Louis était venu nous accueillir quelques minutes plus tôt. Le soleil, qui n’est pas encore très chaud, est présent et avec le léger effort pour gravir le dénivelé, une épaisseur devient de trop. Un moment de regroupement et nous reprenons le cours de la sortie. Theuville aux maillots, notre photoreporter part devant pour immortaliser notre passage, mais où est-il ? Une petite erreur de parcours et nous sommes attendus où nous ne passerons pas car (après vérification) nous avons bien pris le bon tracé, une anecdote car les outils électroniques peuvent eux aussi faire des erreurs, ils sont fabriqués par des humains. Rassurez-vous, notre reporter nous a rattrapé un peu plus loin, avec ses jambes de vingt ans (ou presque). A Sorquainville, une halte réparatrice pour hydrater les corps chauffés à blanc dans la montée entre Riville et le village. Nous rentrons calmement, la prochaine amabilité de ce brevet pointe à l’horizon, nous traversons les villages de Thietreville et Thiergeville. Une belle descente en quittant L’Orval et vient le dernier cadeau pour atteindre La Roussie. Nous regroupons les membres encore en vie, maintenant plus de difficultés majeures. Christelle qui nous a fait le plaisir de venir randonner avec nous ce matin nous quitte accompagnée pour le retour de Jacques et Françoise qui vont revenir vers nous pour la fin du brevet, Eliane et Jean Louis nous quittent après Thietreville pour rentrer vers Thérouldeville, Odile nous quitte à Contremoulins. Le reste du groupe fend la bise vers Ganzeville, un vrai bonheur, Mln descend la poignée dans le coin, un vrai kamikaze !!! Presque au pied de la descente nous croisons nos deux moustachus qui revenaient à notre rencontre, demi-tour et on rentre. La famille Crochemore, dont Jeannot nous a rejoint à Contremoulins, fait cap vers leur domicile, accompagnée de Marco qui a encore un peu de route pour atteindre le sien.
L’arrêt « boujou » cher à notre ami Gérard dont nous allons avoir des nouvelles dans peu de temps, le retour en Normandie, un brevet avec de quoi se muscler les cuisses, le concours est ouvert !
 
Didier
 
 
 
S'il s'agissait bien ce samedi du brevet d'Anneville, je préfère quant à moi lui attribuer le nom de brevet des Revenants, car c'est avec un immense plaisir que nous avons noté les retours de Capt'ain Gégé absent depuis de longues semaines , ainsi que ceux de Dominique et d'Odile après bien des mois de souffrances (je parle d'Odile évidemment) dues à une bien mauvaise chute. Encore quelques sorties et notre "Mémère" retrouvera si vista naturelle.
Il ne faisait pas encore très très chaud ce matin devant la gare où Jeannot formaient les groupes au fur et à mesure des arrivées des membres du groupe C , pendant que je fixais sur la pellicule (non ça c'était avant...) nos amis des groupes A et B pour remplacer numériquement nos bonnes vieilles feuilles de présence.
Nous devions une nouvelle fois nous scinder en 3 groupes pour respecter les consignes sanitaires: Je prenais ainsi la tête du groupe 1, Nicole celle du groupe 2 et Jeannot le groupe 3 . Et la caravane s'ébroua....
Première et à vrai dire seule difficulté de la sortie la côte de Miquétot se dresse devant nous et  dès le pied l'élastique se tend , se tend ... Il ne rompra cependant pas  mais au sommet les groupes ne formeront plus qu'un seul long chapelet que l'on égraine lentement  (voir très lentement pour certain(e)s.  hi! hi! hi!) . En ce qui me concerne je laisse provisoirement mon poste d'accompagnateur à Eric pour jouer l'électron libre afin de pouvoir prendre de ci de là des clichés photos des 3 groupes.
Surprise à Miquétot la "Mé Née" partie quelques minutes avant nous, nous attendait bien sagement au sommet de la côte et c'est toute souriante  qu'elle trouvait une place au sein du groupe 2.
Quelques minutes de récupération  et en avant marche la caravane repart du bon pied toujours composée de trois groupes , sauf qu'au deuxième regroupement de Gerponville le groupe 3 précédait le groupe 2 suite à un accord tacite entre les deux groupes. Autrement dit pour gagner le tiercé aujourd'hui, il fallait jouer le 1 - 3 - 2 (je m'égare...)
Passé le hameau d'Anneville , n'appercevant plus les groupes suiveurs , je mettais pied à terre laissant partir mon groupe dans l'espoir de les retrouver plus tard. Après quelques minutes d'attente c'est par deux ou trois cyclos espacés quelquefois de plusieurs centaines de mètres que je vois enfin defiler la troupe. J'apprenais un peu plus tard qu'un besoin urgent imposant l'arrêt absolu et immédiat d'une de nos féminines était la cause de cette légère désorganisation  .  Les deux groupes ayant retrouvé leur unité , je repartais tranquille à la chasse  derrière mes compagnons espèrant les trouver en attente à quelques encablures. La chasse se révèlera vaine , c'est donc surement qu'ils n'avaient pas besoin de moi...
J'attendais alors les deux autres groupes et je les accompagnait ainsi jusqu'à la chapelle où nous avons eu tout le loisir de prendre quelques photos un peu différentes que celle du virage panoramique.
Le comble de l'histoire c'est que nos fuyards nous attendaient dans ce fameux virage. Ecore fallait-il le savoir. Pas de chance ça ira mieux demain...
Jacques